Divergent, Veronica Roth

L’intrigue

 

Beatrice a seize ans. Elle fait partie de la faction des altruistes. Une faction comme son nom l’indique où l’abnégation, l’amour de son prochain sont au centre des activités et des intérêts.

Mais à seize ans, Beatrice doit passer un test qui lui indiquera vers quelle faction elle devra se tourner pour le restant de sa vie: les fraternels, les audacieux, les érudits ou les sincères.

Bea passe le test: elle est une divergente. Elle ne correspond à aucune des catégories. Mais sa vie est en danger car les divergents sont considérés comme des individus hors norme, dangeureux. Bea choisit alors de se tourner vers la faction des audacieux, la faction qui protège, sert le pays et où le courage et l’audace sont au-dessus de tout……

 

https://i1.wp.com/storage.canalblog.com/33/36/890172/70350447.jpg

 

 

Mon avis

 

 

J’avais entendu beaucoup beaucoup de bien sur Divergent. Certains le comparaient même à Hunger Games. C’est donc aussi une dystopie, l’inverse de l’utopie c’est à dire un monde où les êtres humains sont dominés par un système politique souvent dictatorial et où les libertés sont bafouées.

 

Dans le monde de Divergent, la ruche semble contrôler les habitants. Chacun appartient à une communauté, une faction.

Les altruistes ont des fonctions politiques, les érudits dominent intellectuellement, les audacieux protègent la Cité, les fraternels prennent soin des autres et les sincères s’occupent de faire régner le droit. Chacun a donc un rôle et ne peut en bouger.

Pourtant Beatrice va bouleverser cet ordre. Il s’avère qu’elle est une divergente: en clair elle ne rentre dans aucune case bien définie et c’est ce qui embête le gouvernement. Elle pourrait devenir incontrôlable. Elle doit garder le secret sur cela. Au fur et à mesure de l’intrigue, elle apprend des choses nouvelles sur les divergents et elle se rend compte qu’elle n’est pas toute seule dans ce cas.

 

Bea embrasse la faction des audacieux, une faction où il faut du courage: sauter d’un train en marche ou d’un immeuble, s’entraîner au maniement des armes et au combat à mains nues devient son quotidien. Bea devient Tris: un nom court qui sonne bien. On suit son apprentissage tout au long du roman. J’ai beaucoup aimé ce personnage: sous ses airs fragiles, Tris est très forte. Elle a du caractère mais sait aussi faire preuve de générosité et de compassion.

 

J’ai beaucoup apprécié ce premier tome. Le second est prévu pour 2012. J’aurai juste une critique à faire: les dialogues m’ont paru parfois un peu bêbêtes voire bébé surtout dans les scènes d’amour. Ce sera ma seule critique. L’intrigue est haletante, les personnages bien décrits. Un vrai page-turner comme je les aime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s