Hunger games, Suzanne Collins

L’histoire

 

 

Dans un futur proche, sur les ruines des Etats-Unis, la population vit et survit dans douze districts différents. La misère, la faim et la souffrance y sont rois. Panem, la capitale, règne de façon tyrannique. Dans cet univers de désolation Katniss tente de survivre. Chaque jour, avec Gale, elle franchit le grillage du district douze pour aller chasser et nourrir sa famille.

 

Pour maintenir le peuple dans l’obéissance et la terrreur un jeu télévisé est créé. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à ce jeu cruel. Le but : être le dernier survivant et tuer pour y arriver.

 

Quand sa petite soeur Prim est tirée au sort, Katniss n’hésite pas et se porte volontaire. Elle prend sa place pour participer aux hunger games, les jeux de la faim. Elle y fait la connaissance de Peeta, le garçon du district douze. Lâchés dans l’arène, ils devront faire équipe pour affronter les autres et sortir vivant de cet enfer.

 

 

 

https://i1.wp.com/www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/hunger-games-09.jpg

 

 

 

Mon avis

 

 

  Hunger Games est un roman dont j’ai beaucoup entendu parler sur les forums et notamment sur celui de Livraddict. Je me suis donc lancée dans cette lecture avec fébrilité et je n’ai pas été déçue.

 

 

Ce roman met en scène Katniss, une jeune fille de 16 ans qui à la mort de son père prend en charge sa famille. Elle est dotée d’un caractère très fort et affirmé et elle ne se laisse jamais faire ni dicter sa conduite. Encore une héroïne au caractère bien trempé, comme je les aime! Son côté débrouilard m’a tout de suite plu. En effet, Katniss se rebelle à sa manière. Elle sait qu’elle ne peut rien contre le système mais elle contourne les règles dès qu’elle le peut. Ainsi elle n’hésite pas à braconner aux côtés de son ami Gale. La relation entre les deux personnages n’est malheureusement pas assez étoffée à mon goût mais on se doute bien que dans le deuxième tome elle le sera davantage.Ces deux-là sont faits pour s’entendre!

 

 

L’auteur réussit à créer un monde dévasté. Que s’est-il passé? On ne le sait pas et cela importe peu. En effet, le plus intéressant est qu’elle a su reconstituer un univers, un monde où la tyrannie règne en maître. Suzanne Collins décrit un monde régit par la terreur et la souffrance. Les hommes sont contrôlés par un jeu de téléréalité cruel. Ces hunger games ne sont pas sans rappeler bien sûr le mythe du Minotaure. Et c’est là, à mon sens, que se concentre tout le génie de l’auteur. En effet, le lecteur assiste à un retour aux sacrifices et aux coutumes antiques. Comme dans le mythe grec, l’état sacrifie chaque année douze filles et douze garçons. Ceux-ci ne se feront pas dévorer par le minotaure mais ils devront s’entretuer dans une arène gigantesque. C’est le retour aux jeux du cirque romains symbolisés par la corne d’abondance à la fois destructrice et salvatrice. Les spectateurs peuvent parier sur tel ou tel joueurs. Si l’action semble ralentir, les juges corsent le tout, déclenchant orages, tempêtes, incendies ou sécheresses.

 

 

On prend bien sûr plaisir à suivre Katniss qui ne peut compter que sur son expérience et son instinct pour s’en sortir. Douée pour la chasse, elle parvient à se nourrir et sait se défendre comme jamais. Mais contrairement aux autres joueurs, elle est douée d’un grand sens moral et n’oublie jamais qu’elle est un être humain. Ainsi, elle va lier une alliance avec la petite Rue, l’une des concurrentes les plus jeunes et les plus fragiles. Katniss la prend sous son aile et s’en occupe comme s’il s’agissait de sa petite soeur. Lorsqu’elle meurt, elle veut lui montrer son amour et cherche à défier une dernière fois l’Etat. Elle recouvrira Rue de fleurs, lui offrant de cette manière une ultime sépulture.

 

 

Seul bémol à ma lecture, le fait que je n’ai pas tellement apprécié Peeta, l’équipier de Katniss. Un garçon un peu mou selon moi qui n’a rien d’un héros et qui se « blesse » trop facilement. Est-il sincère avec Katniss ou est-ce une simple mise en scène. A la fin de ma lecture, je n’ai pas su trancher.

 

En bref, un roman que j’ai adoré. Les références à la culture gréco-latine sont un vrai régal. Un roman a découvrir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s