Kafka sur le rivage, Murakami

L’histoire

Kafka Tamura, quinze ans, s’enfuit de sa maison de Tokyo pour échapper à la malédiction prononcée par son père. Ses pas le mènent jusqu’à Takamatsu dans le Shikoku. D’abord recueilli par Sakura, il trouve refuge dans une bibliothèque privée. Là, au milieu des livres, il rencontre Oshima et Melle Saeki qui décident de l’employer.

De l’autre côté de l’archipel, pendant ce temps, Nakata un vieil homme amnésique parle aux chats. Il les comprend et part à leur recherche quand ceux-ci se sont perdus. Nakata, qui ne sait ni lire ni écrire, se croit cependant chargé d’une mission : retrouver « la pierre de l’entrée ». Le vieil homme prend lui aussi la route.

Les destins des deux personnages vont s’entremêler. Kafka cherche à tout prix à échapper à son destin morbide tandis que Nakata court après ses souvenirs évanouis.

Mon avis

Cela faisait bien longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait cette impression : l’envie de retrouver les personnages, d’avancer dans le roman mais aussi la crainte qu’il ne se termine trop vite.

Kafka sur le rivage est un livre étrange qui m’a envoûtée dès les premières pages. Je me suis rapidement liée au personnage principal de Kafka Tamura. Ce jeune garçon fait une fugue afin d’échapper à la terrible malédiction lancée par son père : « tu tueras ton père, tu coucheras avec ta mère, tu souilleras ta sœur ». Tel un Œdipe moderne, Kafka veut échapper à cette tragédie mais le peut-il ? Il part à la veille symbolique de ses quinze ans. Murakami aurait pu se contenter de livrer à son lecteur les pérégrinations d’un adolescent, or il n’en est rien. Si Kafka prend la route c’est pour s’initier au monde, à l’amour, au rêve. Le lecteur est souvent à la frontière de la réalité et de l’onirisme sans que le propos de l’auteur ne devienne farfelu ou déroutant. Les choses sont présentées comme elles pourraient être : une nouvelle réalité nous est proposée, à nous de l’accepter. Le roman revêt ainsi une grande profondeur et laisse son lecteur réfléchir au sens de la vie, des souvenirs.

Le symbolisme est bien sûr très prégnant dans ce roman. La bibliothèque en est un exemple. Elle sert de refuge au jeune Kafka qui voit en elle un lieu sûr, chaleureux mais aussi un endroit qui ouvre sur le monde. La place de l’écriture et de la lecture est prépondérante. Kafka devient l’antithèse ou plutôt le complément de Nakata, ce vieillard qui un jour à tout oublié. Ce dernier ne sait ni lire ni écrire mais il sait parler aux chats. Qui d’autre peut s’en vanter ?  Peu à peu le chemin des deux personnages vont se rapprocher sans toutefois jamais se croiser. Tandis que Kafka devient un jeune homme fort, Nakata devient un sage qui « sait » par intuition. Les deux personnages suivent un parcours initiatique. Kafka veut savoir. Sa quête le mènera à découvrir les vrais sentiments, à devenir lui-même. Au-delà du symbolisme, j’ai apprécié la capacité qu’à l’auteur de nous faire glisser de la réalité au rêve. En effet, dans ce roman, il pleut des sardines et des sangsues. Les prostituées récitent du Heidegger et du Kant. Cependant tout paraît naturel au le lecteur. C’est à lui de chercher le sens qu’il veut donner ces signes. Il est libre de choisir.

Enfin, j’ai apprécié également cette promenade à travers le Japon. Comme toujours cette culture m’enchante. La découvrir à travers les yeux d’un adolescent ou d’un vieillard à moitié sénile est une nouvelle manière de l’aborder. C’est le Japon des chauffeurs routiers, des prostituées que l’on découvre. Encore une fois un véritable plaisir pour moi.

Kafka sur le rivage est un roman que je regrette d’avoir lu si rapidement. J’aurais encore aimé côtoyer ces personnages qui flirtent le plus souvent avec la folie.

Un livre coup de cœur que je recommande à tous.

Publicités

Une réflexion sur “Kafka sur le rivage, Murakami

  1. Pingback: 1Q84, Haruki Murakami | carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s