La cité des jarres, Arnaldur Indridason

L’intrigue

 

 

L’inspecteur Erlendur est appelé sur le lieu d’un crime. On a retrouvé le corps sans vie d’un certain Holberg. Chez la victime, l’inspecteur trouve une étrange photo: la tombe d’une petite fille, Audur, morte à l’âge de quatre ans.

Pourquoi Holberg, cet homme bien connu des services de police, garde-t-il cette photo chez lui?

En menant l’enquête sur les liens qui unissent Holberg à Audur, l’isnpecteur Erlendur va faire ressurgir les douloureux souvenirs du passé.

Au coeur de l’Islande, les secrets de famille restent toujours bien gardés……

 

 

https://i1.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/3/2/9782757800232.jpg

 

 

 

Mon avis

 

 

D’abord prenez une grande inspiration avant de vous lancer dans ce polar. Grande inspiration pour pouvoir prononcer les noms des différents protagonistes. En effet, n’allez pas confondre Erlendur avec Sigudur et Audur!! J’aime bien tous ces noms en -ur, c’est très exotique!!

 

Trêve de plaisanterie, venons en au fait! J’ai aimé ce polar qui nous vient du grand froid (brrrr!). Ambiance automnale et grise. La pluie ne cesse de tomber, les personnages sont trempés des pieds à la tête, il fait froid, bref une vraie bonne ambiance de polar! Ajoutez à cela une exhumation d’un cadavre vieux de 40 ans, des témoins qui se refusent à parler et vous obtenez un roman policier fascinant!

 

Le personnage principal Erlendur m’a beaucoup plu. En effet, c’est un anti-héros. Ni sexy, ni très intelligent, ce n’est pas un « super-flic ». Il a seulement de l’instinct et se trompe rarement. Heureusement qu’il assure de ce côté là car sa vie personnelle est un vrai fiasco: sa fille Eva Lind est une droguée, son fils s’est tiré, il n’a pas vu son ex-femme depuis 20 ans au moins. Bref! Les cadavres sont ses meilleurs amis! Et il ne fait rien pour améliorer sa vie: le tabac et les plats à base d’huile et de friture sont ses seules consolations.

 

Lorsqu’il enquête sur le meurtre de Holberg, il découvre une photo très étrange: la tombe d’une petite fille décédée à l’âge de quatre ans. Il aurait pu ne pas y prêter attention. Oui mais voilà, Erlendur est doté d’un sixième sens et d’une volonté de fer. Il suit donc cette piste ténue et va de découvertes en découvertes.

 

Il sera amené à enquêter dans l’Islande profonde, là où l’on garde le mieux les secrets de famille. Il aura connaissance de la fameuse « cité des jarres », pièce destinée à renfermer les organes de défunts en vue de leur étude.Mais ici pas de voyeurisme morbide. L’auteur se contente simplement d’y faire allusion. Amateur de sensations fortes, passez votre chemin.

 

Dans une ambiance très noire, aux côtés de flics taiseux enquêtants sur de lourds secrets de famille, Indridason signe un polar efficace même si l’intrigue (selon moi) a tendance à disparaître au profit de la figure fascinante d’Erlendur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s