La libraire mène l’enquête, Carolyn G.Hart

L’histoire

Dans une petite île au large de la Caroline du Sud, Annie Laurance dirige une librairie spécialisée en romans policiers: Crimes à la demande. Au cours d’une Causerie du dimanche soir, organisée avec les habitués, tous des auteurs de polars, une des personnes présentes est assassinée. Suspectée par la police, Annie doit prouver son innocence et pour cela elle mène l’enquête avec l’un de ses ex, le séduisant et riche Max.

Mon avis

Meurtre en librairie est un polar que je lis pour la deuxième fois. En effet, ce n’est pas tant l’intrigue que j’aime dans ce roman policier mais l’ambiance qui y règne.

D’abord, le crime et l’essentiel de l’enquête se déroule dans une librairie dédiée aux romans policiers. Quel endroit plus idéal pour parler de crimes? Annie Laurance est une libraire qui connaît son affaire. L’auteur nous séduit en nous décrivant une librairie comme on en rêve: des livres de qualité du sol au plafond, un coin café pour discuter lecture, une ambiance cosy. Tout pour le plus heureux des lecteurs. Non seulement le lieu du crime a de quoi charmer mais la façon dont l’intrigue est menée nous pousse, nous lecteurs, a vouloir lire encore plus.

En effet, Annie est une férue de littérature policière. Il n’y a qu’à voir: son chat noir s’appelle Agatha, le corbeau empaillé à l’entrée accueille les clients dans sa jolie boutique. Et quand Annie mène l’enquête, elle ne peut pas s’empêcher de se comparer à tel ou tel enquêteur célèbre. Ainsi l’auteur n’hésite pas à faire de constantes allusions à Sherlock, Miss Marple, Hercule Poirot et j’en passe. Le lecteur est invité à comparer tel moment de l’enquête avec celui d’un célèbre polar: Delicious!

D’autre part, l’intrigue se déroule sur une île donc dans un huis-clos ce qui renforce la tension. Le coupable est forcément un des personnages connus. Parmi les suspects, il y a bien sûr l’héroïne Annie mais aussi toute une ribambelle d’auteurs de polars à succès. L’auteur nous dépeint à chaque fois des écrivains torturés, en mal d’inspiration, cachant pour un bon nombre d’entre eux un lourd secret qu’Annie s’empressera de découvrir. Les egos de ces célébrités en prennent un bon coup pour la plus grande joie du lecteur.

Enfin je terminerai cette critique en vous parlant de ce qui ne m’a pas plu. J’ai trouvé que les dialogues manquaient parfois de profondeur. Certes le roman est très court (300 pages), mais Annie apparaît parfois naïve, à la limite de la « mièvrerie ». Le personnage de Max aurait pu être intéressant mais il m’a plutôt agacé. Il fallait un beau gosse dans l’histoire, un héros. Hélas, la mayonnaise ne monte pas! Au final Annie aurait pu se passer de lui. Seule sa Porsche paraît bien utile!

Donc un bilan plutôt positif. Je vous recommande ce roman policier non pour l’intrigue mais pour l’atmosphère qu’il dégage, l’ambiance qu’il crée autour du monde du roman et du polar.

A savoir qu’il existe deux autres romans du même type La libraire mène l’enquête et Libraire contre fantôme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s