La première nuit, Marc Lévy

D’accord, d’accord, j’avoue : j’ai lu du Marc Lévy!
Il s’agit d’un livre que l’on m’a offert pour mon anniversaire. Comme je suis une lectrice curieuse, voilà ma critique.

De quoi ça parle

La première nuit est donc la suite du Premier jour. Je vous rassure pas la peine d’avoir lu le premier tome pour comprendre le second, l’auteur le résume très bien en 5 pages.
Keira et Adrian sont donc toujours à la recherche de ces fameuses pierres qui permettraient de comprendre l’origine de la terre et de l’homme. On les retrouve donc en Chine où Keira s’est faite emprisonnée tandis qu’Adrian sort lentement de son coma. Les deux amoureux partent à la quête de ses pierres magiques et visiteront au passage les Highlands, la Russie, la Mongolie,la Hollande, ect, ect….

Mon avis

J’ai eu beaucoup, mais alors beaucoup de mal à entrer dans l’intrigue et à m’attacher aux personnages de l’histoire. J’ai d’ailleurs beaucoup ris à certains moments. C’est vous dire comme le livre m’a déçue!
D’abord, l’intrigue. Les rebondissements sont tellement nombreux qu’il faudrait 10 vies pour vivre toutes ces aventures. Il n’arrive pas les 3/4 de ces malheurs à James Bond. Non contents d’avoir échappé à un attentat en Chine, les deux personnages se retrouvent illico presto pourchassés par des méchants qui font très très peur. Ils échappent à un tueur à gage dans un train (astuce: montez dans le panier à bagages et rembourrez votre matelas de façon à faire croire que vous y êtes couché!) puis à une tuerie en Sibérie. Ils arrivent à passer les douanes comme ça, en grimpant sur un chariot à bagage. C’est magique!  Ah oui, ils se font aussi piéger par deux méchants mercenaires italiens en pleine cambrousse. Bon, heureusement, Adrian leur met son poing dans la figure! Il y a tellement de péripéties que ça en devient ridicule! Bref, si vous voulez faire le tour du monde en 48 h, achetez ce livre.
Ensuite, les personnages. Là aussi, je n’ai pas accroché. Adrian est mou du genou, le pauvre garçon. Maladroit, un peu lent à la détente et à la compréhension, il entrave l’action plus qu’autre chose. Keira parvient un peu à sauver la mise: moi je me la suis imaginée en Lara Croft même si elle ne lui arrive pas à la cheville. Quand aux dialogues, j’ai parfois bien rigolé. Adrian est d’une mièvrerie! Il a deux attitudes: soit il part dans des déclarations enflammées à l’eau de rose, soit il se lance dans des explications scientifiques sans intérêt. Bref, on se croirait dans une série B des années 80. Un peu dur à digérer.

Bref vous l’aurez compris, je ne suis pas du tout fan de ce livre. La curiosité est parfois un vilain défaut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s