Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson

https://i0.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/6/5/2/9782070129256.jpg

 

Sylvain Tesson décide de partir vivre 6 mois au bord du Lac Baïkal, du mois de février au mois d’août. Dans ce récit, il raconte sa vie au jour le jour: la solitude, la réflexion, la lecture, la vie auprès de la nature.

 

Dans les forêts de Sibérie est un récit. Sylvain Tesson, aventurier hors pair, raconte son voyage de 6 mois près du lac Baïkal en Sibérie. Il décide de vivre l’expérience seul.

Sa préparation est minutieuse. Il doit se préparer pour 6 mois de vie quasi en autarcie! Pas de supermarché à proximité. Il faut prévoir assez de conserves pour tenir et surtout savoir pêcher!

Au jour le jour, la narrateur se confie dans un journal de bord. Certains textes ne font que quelques lignes, d’autres plusieurs pages. C’est un vrai régal que de lire sa non-aventure! En effet, il ne se passe pas grand chose hormis qu’il se retrouve seul face à lui-même et à la nature grandiose.

J’ai adoré les descriptions qu’il nous fait de cette nature sauvage, immaculée et encore préservée des hommes. Le froid, la neige, la glace auraient pu en décourager plus d’un! Sylvain Tesson doit manier la hache s’il veut faire du feu et ne pas mourir de froid. Il doit savoir briser la glace pour s’abreuver et être patient lorsqu’il pêche. Ici tout se gagne à la sueur de son front. Rien n’est gratuit mais tellement satisfaisant!

Au fil des pages la nature change passant d’un froid glacial et funèbre à un été chaud, plein de vie.

Chargé d’une cargaison de livres, le narrateur passe ses journées à s’occuper sainement: réfléchir, lire puis partir en quête de nourriture. Le récit ne m’a paru à aucun moment ennuyant. J’avais hâte de retrouver la suite chaque soir.

Seul bémol (car il y en a un quand même!): l’auteur donne parfois trop de leçons de moral. Ses sentences deviennent pontifiantes voire agaçantes. Je sais très bien que nous ne vivons pas dans une société idéale mais tout n’est pas à jeter tout de même!

Ce récit reste quand même une ode à la nature, au recueillement. Un livre magnifique!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s