Coeur d’encre, Cornelia Funke

Meggie, douze ans, vit seule avec son père Mo. Ce dernier est restaurateur de livres. Dans leur maison, les livres s’entassent du sol au plafond. Meggie passe son temps à lire d’ailleurs.

Un soir, un individu frappe à leur porte. Il se nomme Doigt de Poussière et appelle le père de Meggie « Langue Magique ». Il lui demande de le ramener dans le monde de Coeur d’encre, un livre rarissime et très recherché. Mo refuse mais bientôt il n’a pas le choix. Un certain Capricorne est à ses trousses. Il recherche lui aussi un exemplaire de Coeur d’encre. Meggie découvre alors que son père a un don. Par sa seule voix, il permet aux personnages de surgir des livres. Si Capricorne veut s’emparer de ce livre, c’est pour obliger Mo à en faire sortir un monstre immortel et destructeur. Commence alors pour Meggie et son père une aventure au coeur des mots……

https://i1.wp.com/www.kazeo.com/sites/fr/photos/265/photo-2653921-M.gif

 

J’avais hâte de lire ce roman. Il me faisait de l’œil depuis un petit moment. Je pense m’être emballée un peu vite finalement. Comme quoi la précipitation n’est jamais très bonne dans mon cas!

J’ai eu beaucoup beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. L’intrigue est longue à se mettre en place. Il faut attendre d’avoir dépassé 100 pages pour qu’il se passe quelque chose d’intéressant. De plus, j’avais deviné à l’avance beaucoup d’éléments comme le pouvoir de Mo, le destin tragique de son épouse. Pas de très grandes surprises donc de ce côté-là.

Les personnages ne m’ont pas non plus énormément plu. Les grands méchants sont à la limite du ridicule. Sont-ils sensés être effrayants? Menaçants? Un peu barlourd sur les bords…. Du coup Mo apparaît comme un personnage sans trop de jugeote. La seule qui m’ait fait rire est peut-être cette bonne vieille Elinor mais là encore je l’ai trouvée un peu trop caricaturale.

Quand à l’intrigue à proprement parlée, elle aurait pu être plus développée. J’ai vraiment eu la sensation de rester à la surface des choses parfois. Il faut dire que les actions aboutissent rarement dans ce roman. A chaque fois, quelque chose foire! Bon je veux bien que ce stratagème permette d’entretenir le suspens et de repousser le dénouement mais il faut croire que les personnages sont tous des ratés!

La seule chose que j’ai apprécié est peut-être la réflexion que l’on peut tirer de ce livre. En effet, quels sont les pouvoirs des mots, de la littérature? L’évasion? Le rêve? Une échappatoire à une vie morose?

Les personnages prennent vie grâce au lecteur Mo, magnifique métaphore des pouvoirs de la lecture.

Un livre classé « bof » et sans suite pour moi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s