Les aventures d’Olivier Twist, Charles Dickens

Un classique parmi les classiques bien sûr. Au chaud, tout au fond de ma bibiliothèque, je ne l’avais pas ouvert depuis qu’on me l’avait offert (pour mes 12 ans?). Il attendait donc son heure bien sagement jusqu’au jour où Livraddict l’a proposé pour le book club du mois de Juin.

En le lisant, j’ai donc réalisé deux bonnes opérations: un, lire un classique; et deux, faire baisser ma PAL…..

 

Olivier Twist naît orphelin et pauvre dans un hôpital. Dès son plus jeune âge, il est placé dans un foyer où les coups et les brimades sont le lot quotidien des enfants. Un jour, il est « vendu » à un homme, fossoyeur de son état.  Il devient son aide. Un soir, alors qu’un de ses camarades s’en prend à lui, Olivier Twist décide de s’enfuir. Il part alors pour Londres, ville de tous les dangers et de toutes les possibilités.

Sur place, il est recruté par une bande de voleurs, mené par « le Juif ». Ceux-ci persécutent Olivier. Arrêté, puis relâché le jeune garçon est recueilli par un vieil homme qui voit en Olivier un jeune garçon d’une intelligence et d’une douceur rare.

Les aventures, cependant, ne sont pas terminées. Olivier devra passer par de nombreuses épreuves avant d’accéder au bonheur et à la reconnaissance…

     https://i0.wp.com/www.decitre.fr/gi/65/9782070363865FS.gif

Quelle lecture laborieuse!! J’ai cru ne jamais parvenir à lire ces 481 pages!! (et ce n’est pas faute d’avoir reçu des encouragements). Certes Olivier Twist est un classique mais, parlons vrai: qu’est-ce que je me suis ennuyée!!

D’abord, il faut savoir qu’il s’agit d’un roman picaresque. Qu’est-ce que cela? Le roman picaresque tient son nom du mot « picaro » qui désigne un jeune homme à qui il arrive des tas et des tas d’aventures malheureuses d’où les nombreux et incalculables rebondissements. Le jeune homme de condition modeste traverse ainsi toutes les classes sociales jusqu’au jour où il atteint le bonheur.

Olivier est orphelin, puis battu, puis embrigadé dans une congrégation de voleurs. Enfin, il est sauvé mais il se fait kidnappé à nouveau, ect, ect….

Bref, il doit passer par toutes sortes d’épreuves pour pouvoir accéder enfin au bonheur.

Toutes ces aventures m’ont donc fatiguées. Les rebondissements furent trop nombreux à mon goût.

Je n’ai pas vraiment aimé non plus notre « héros ». Il a été battu, insulté, traîné dans la boue et pourtant il ne se défait jamais de ses bonnes manières et de son sourire d’ange. Bien sûr, tout cela a une raison. Le picaro est sensé avoir de nobles origines qui transparaissent en toute occasion. Olivier Twist est né dans une bonne famille, il ne peut donc pas virer voyou. Ce qui nous donne donc un héros sans grande personnalité et même plutôt fade.

L’action est aussi très longue à se mettre en place et certains chapitres paraissent bien inutiles. Ainsi, on « subit » les bavardages et les coups montés par le Juif et sa bande. L’auteur a certes voulu montrer à son lecteur toutes les couches de la société mais toute cette narration semble se traîner en longueur.

Nancy, la prostituée, sauve sa peau au dernier moment. En accomplissant une bonne action, elle se repent de ses péchés et s’ouvre une voie royale vers le paradis. Bien vu pour elle, mais que de bons sentiments! Pitié, a-t-on jamais vu une prostituée échanger un client contre l’absolution divine?

Un seul personnage m’a tout de même convaincue. C’est un personnage, certes, secondaire mais il permet à l’auteur de critiquer le justice de l’époque. Il s’agit du personnage de Mr Bumble. Bedeau du village, il est très fier de sa fontion et se croit supérieur aux autres. Mais au fond, c’est un trouillard qui s’effraie de son ombre. J’ai particulièrement aimé le moment où il déclare sa flamme à l’intendante de l’hôpital. Le rapprochement physique des deux personnages est hilarant. Le ridicule ne tue pas, hélas! Un bon point donc ici.

Bref, vous l’aurez compris, une lecture fastidieuse que j’ai eu hâte de terminer. Au suivant!

Publicités

2 réflexions sur “Les aventures d’Olivier Twist, Charles Dickens

  1. Tiens je reconnais certains points similaires à ma lecture de David Copperfield, cependant je dois dire que je suis presque à la fin et que je l’ai dévoré. Ma pauvre heuresement que tu lis pas celui-là tu serais devenue dingue, David Copperfield fait 1022 pages… J’en vient enfin à bout, plus qu’une quarantaine de pages. C’était pour une LC avec Sharon pour le mois de juillet, just on time! Je ne pense pas lire de si tôt Oliver Twist, son histoire ne m’a jamais tentée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s