Frey, Chris Wooding

Frey est le capitaine de l’aéronef Ketty Jay. Il est à la tête d’une petite bande d’aventuriers tous plus ou moins louches. Il vit de délits et d’activités illégales tout en se cachant des armées de la Coalition. Mais quand Frey entend parler d’un aéronef transportant un véritable trésor, il croit sa fortune faite. L’opération tourne mal, très mal. Frey réalise qu’il est au coeur d’une machination qui le dépasse et qu’il est devenu un témoin gênant. Il devient l’ennemi numéro 1. Frey décide alors de se venger et de faire toute la lumière sur cette histoire afin de prouver son innocence.

https://i2.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/1/6/4/9782352944461.jpg

 

Bienvenu dans un roman clairement étiqueté SF où les aéronefs ont remplacé les avions dans le ciel, où désormais différentes races côtoient les humains tels les Samards ou les Murthiens.

Je commence, une fois n’est pas coutume, par livrer en premier ce qui m’a déplu dans ce roman. Vous verrez que ma critique est tout à fait mineure. Quand j’ai lu le résumé du roman mais surtout quand j’ai vu sa couverture, je me suis dit « tiens, un roman destiné aux ados ». Quand j’ai croisé dans les rayonnages d’une librairie ce roman coincé entre la bit-lit et la chick-lit, j’ai été confortée dans cette opinion. Mais voilà, quand j’ai commencé la lecture du livre j’ai vite compris que ce roman était plutôt destiné non pas à des ados mais à de jeunes adultes. Je pense juste qu’il y a eu un souci marketing de ce côté là. Je tenais donc à préciser mon point de vue 🙂 Donc ce livre n’a rien à voir avec une histoire de vampires ou de loup-garous.

Passons aux choses sérieuses à présent. Je ne vous cache pas plus longtemps que j’ai adoré ce roman. Wahou! Une vraie claque! Malgré une mise en jambes un peu plus longue que d’habitude (dûe au fait que je ne m’attendais pas du tout à ce genre de roman!), j’ai eu du mal à décrocher.

Il y a d’abord l’atmosphère du livre. Nous sommes dans un futur où a priori la terre n’a plus rien à voir avec celle que l’on connaît. Les hommes préfèrent les airs dont notre Capitaine Frey. On évolue d’un comté à un autre. Il y a le territoire Yort glacé et désertique, le territoire Murthien dont le peuple a été réduit en esclavage. Aux côtés de l’équipage du Ketty Jay, on explore des contrées inconnues où il ne fait pas toujours bon vivre.

Mais ce qui m’a le plus touché dans ce livre, ce sont les personnages. Immoraux au possible, ce sont tous des petites fripouilles. Ils n’ont rien de héros. Il y a d’abord Frey, le cap’taine. Ennemi public numéro 1, c’est un grand séducteur mais aussi un grand looser. Il n’hésiterait pas à sacrifier les menbres de son équipage. Il n’a aucune morale, aucun sentiment d’empathie pour les autres. Cependant, il évolue d’une façon intéressante au fil du récit.

Il y aussi Pinn, un pilote à moitié taré. Sa devise pourrait être « du rhum et des putes ». Ce qui l’intéresse c’est tirer sur tout ce qui bouge (au sens propre et figuré). J’ai adoré ce personnage complètement barré, parfois limite kamikaze!

L’équipe est aussi composée du médecin de bord Malvery, alcoolique notoire, de Silo le Murthien taiseux et de Harkins. Une équipe qui jure à tout bout de champ et des membres qui n’ont rien à voir avec des enfants de coeur! Pour dégainer, ils sont les premiers!

Mais deux personnages se démarquent par rapport aux autres. Crake le démoniste. Il peut gouverner des démons qu’il introduit dans des objets. On découvre son histoire tragique au fur et à mesure du récit.Le fantastique s’immisce dans le livre grâce à lui.

Cependant le personnage le plus intriguant demeure Jez. C’est la nouvelle navigatrice de Frey et elle possède des pouvoirs spéciaux tels que cicatriser en un temps record, avoir des sens très aiguisés et j’en passe. Ce n’est qu’à la toute fin du roman que le lecteur découvre la vérité sur elle.Elle a du caractère et il faut pour supporter ses équipiers très très lourds!

Enfin, j’ai adoré les scènes de baston. Et il y’en a beaucoup. Dans ce monde, on n’hésite pas à sortir son flingue ou ses haches! Je les ai trouvées très visuelles, très « hollywoodiennes » si vous me permettez l’expression. Chris Wooding a le don pour raconter les scènes d’action sans être rébarbatif ni simpliste. En un mot, on s’y croit vraiment.

Merci donc aux éditions Bragelonne et à Livraddict pour m’avoir fait découvrir ce roman.

Publicités

Une réflexion sur “Frey, Chris Wooding

  1. Pingback: Mes partenariats | carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s