Invisible, Paul Auster

L’histoire débute avec Adam Walker. Jeune étudiant à Columbia, il fait des études assez vagues de littérature et a l’ambition de devenir poète. Un soir, il ne sait plus vraiment comment, il participe à une fête étudiante. C’est là qu’il fait la connaissance de Born un brillant professeur d’université et de sa sulfureuse maîtresse Margot. Ce couple atypique s’intéresse de près à Adam, surtout Margot qui se prend de pitié pour ce poète en herbe. Peu de temps après, ils l’invitent à dîner chez eux. Lors de la soirée, Born propose à Adam de l’engager afin qu’il fonde une revue littéraire. D’abord suspicieux, le jeune homme accepte. Les dîners et entrevues se multiplient laissant planer le doute sur la relation entre Born et Margot. Alors qu’un soir Born et Adam sortent pour fêter leur contrat, ils se font agresser. Born sort un couteau et tue l’agresseur. Il prend la fuite et se réfugie en France, son pays natal. Adam le dénonce à la police mais il est trop tard!

A la fin de cette première partie, le lecteur se rend compte qu’il s’agissait en fait d’un texte remis par Adam à un ami éditeur. Adam est âgé, il va bientôt mourir. Il veut, avant la fin, raconter sa vie. L’auteur alterne donc entre le récit de sa vie centré sur l’année 1967, et les réflexions de son éditeur. Au fur et à mesure, le lecteur se rend compte que la vie d’Adam n’était pas si lisse qu’elle pouvait paraître….

http://yspaddaden.files.wordpress.com/2010/05/auster-3.jpg

 

J’ai essayé de faire de mon mieux pour vous résumer l’intrigue du roman. Pas facile sachant qu’il y a une mise en abyme c’est à dire un roman dans le roman (c’est le principe des poupées russes si vous préférez). Je ne peux pas trop en dire non plus, sous peine de dévoiler des moments clés de l’histoire.

Voilà ce que je peux vous révéler. Sachez que j’ai dévoré ce roman. Je l’ai lu en deux jours à peine. L’écriture de Paul Auster est une merveille. Elle est fluide, à la fois simple et esthétique. Les pages se tournent comme par magie car dès les premières lignes il sait happer son lecteur. La première partie est dominé par l’emploi de la première personne, la deuxième par le « tu », la troisième par le « il ». Une alternance des points de vue très intéressante.

Tout de suite, j’ai été frappée par l’apparition du couple étrange et sulfureux formé par Born et Margot. Des Français bien entendu. Born est professeur. Margot joue son rôle de maîtresse à la perfection. Mais très vite les choses se compliquent. Plusieurs fois, Born sous-entend qu’un ménage à trois ne le dérangerait pas. Adam repousse cette idée sans pour autant négliger de coucher avec Margot. Le trompeur devient trompé. Peu à peu, le malaise s’installe. Que veut ce couple à Adam? pourquoi cette proposition de revue littéraire? A ce stade du récit le lecteur se méfie comme Adam. Et puis bizarrement, on arrive à la fin de la première partie avec la révélation de ce meurtre qui pousse Born à mettre les voiles. Un meurtre classé sans suite donc…..

Le lecteur passe alors d’une intrigue où le suspens était de mise à un récit mené par l’éditeur d’Adam Walker. Et là encore Paul Auster nous surprend. Les histoires s’imbriquent les unes dans les autres. Cette fois-ci Adam, mourant, veut se confier dans un texte ultime. Il nous livre donc ses secrets les plus inavouables. Dans cette deuxième partie, j’avoue avoir ressenti un certain malaise. Le sexe y a une très grande importance. Jusque-là pas de quoi m’offusquer. Le problème c’est qu’Adam révèle avoir franchi la limite ultime, le tabou universel: il raconte ses amours incestueuses avec sa soeur Gwyn!! Le personnage prend alors de l’ampleur mais se fissure totalement. Lui, l’étudiant modèle, qui luttait contre le crime, ose transgresser les lois de la société!! Le lecteur est alors en droit de se demander si Adam raconte la vérité. A quel moment est-il sincère? C’est au lecteur de démêler le vrai du faux. Le mystère reste entier jusqu’au bout!

L’histoire se poursuivra à Paris où Adam élabore une vengeance sublime face à Born. Le récit se déroule alors en 1968. Entre révolte étudiante et complot, Adam découvrira que la France n’est pas un si doux pays.

En résumé, Invisible est un livre fort, atypique, sulfureux et étrange. A découvrir!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s