La ballade de Lila K, Blandine Le Callet

Titre VF: La Ballade de Lila K

Auteur: Blandine Le Callet

Publié aux éditions Le Livre de Poche, 2012

 

 

 

 

 

 

 

Arrachée à sa mère alors qu’elle est toute petite, Lila est recueillie au Centre. Dans cette unité, elle réapprend à marcher, à parler, à manger. Le docteur Kauffman prend Lila sous son aile. Il détecte chez elle une intelligence supérieure à la moyenne. Lila se lie d’amitié avec le médecin qui n’est décidément pas comme tout le monde.

Lila grandit. Elle apprend beaucoup et veut en savoir toujours plus. Un soir, elle demande au Docteur Kauffman ce que sa mère est devenue. Il lui répond qu’il n’en sait rien. Il sait seulement qu’elle a été déchu de ses droits parentaux. Lila veut en savoir plus.

A son émancipation, elle décide de mener l’enquête. C’est tout naturellement vers la grande bibliothèque qu’elle commence ses recherches.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. C’est la quatrième de couverture qui m’a d’abord intriguée: l’histoire d’une jeune fille qui recherche sa mère. Et puis en lisant le roman, j’ai véritablement accroché. En fait La Ballade de Lila K n’est pas un récit ordinaire. L’auteur mêle savamment quête des origines et roman futuriste.

L’histoire se déroule à la fin du 21ème siècle. L’auteur décrit une société policée où tout est filmé et enregistré par des caméras. Paris est devenue une ville sûre, entourée par un gigantesque mur. A l’extérieur, c’est la Zone: là où personne ne va à part les déclassés, les rejetés. Il faut demander une autorisation pour tout: avoir un enfant, avoir un animal de compagnie, travailler, …

Dans cet univers, Lila dénote. Elle ne veut pas se plier aux règles. D’une intelligence supérieure, elle comprend vite qu’il faut pourtant obéir. Cependant, elle fait mine de consentir à tout pour mieux contourner les difficultés. C’est elle qui nous raconte son histoire depuis son internement au Centre jusqu’à son émancipation.

Les débuts sont chaotiques. Lila est une rebelle. Elle ne supporte ni les contacts avec les autres enfants, ni la lumière du soleil. Mais la rencontre avec le Docteur Kauffman va tout chambouler. C’est un homme très fin qui apprécie la musique et les livres. Il faut dire qu’il en possède quelques uns qu’il manipule sans gants! En effet, dans cette société, les livres papier sont voués à disparaître. Les autorités répandent l’idée qu’ils contiennent des substances nocives. Ils veulent remplacer les livres par des grammabooks, c’est à dire des livres numériques dont le contenu est bien sûr contrôlé!

Pourtant Lila va aimer les livres avec passion. Elle va même en faire son métier. J’ai beaucoup aimé cet aspect du roman. Les livres restent finalement les derniers remparts contre la censure et permettent d’accéder au savoir.

Lila veut retrouver à tout prix sa mère. Elle apprendra la terrible vérité sur cette mère à qui on a arraché l’enfant. Grâce aux livres, Lila enquête et progresse.

J’aurais beaucoup aimé que l’auteur développe davantage l’univers dépeint dans le roman: j’ai eu envie d’en savoir plus sur cette société surveillée, notamment sur les fameux événements qui ont fait de la banlieue de Paris une zone dangereuse. L’auteur distille quelques bribes d’informations mais ne va pas assez loin selon moi. Bref, on en redemande!

Petit bémol au roman: j’ai peu apprécié certains dialogues que j’ai trouvé trop superficiels, parfois plats et qui gâchaient donc ma lecture.

Cependant cette « ballade » reste une très bonne lecture. A découvrir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s