La mort est mon métier, Robert Merle

Titre: La mort est mon métier

Auteur: Robert Merle

Publié au Livre de Poche, 1969

 

 

 

 

 

Rudolf Lang est un jeune allemand élevé dans la religion chrétienne d’une façon très dure et très rigoureuse. Son père le destine à une carrière de prêtre. A la maison, il faut sans cesse confesser ses fautes même lorsqu’on a rien fait de mal.

Rudolf grandit tant bien que mal dans cette famille. Il s’engage dans l’armée allemande et devient pendant la seconde guerre mondiale commandant en chef d’Auschwitz. Il a pour mission de construire le camp et d’en assurer la logistique. Mais bientôt, le Führer lui confie une mission un peu spéciale: Rudolf doit contribuer à la solution finale. Il met alors en place un plan terrible qui sera l’extermination des juifs à très grande échelle…..

Mon avis

Voilà un classique que j’avais envie de lire depuis bien longtemps. Le titre m’a tout de suite interpellée. Lorsqu’on lit La mort est mon métier, on plonge au cœur de l’horreur la plus pure.

Le début du roman m’a d’abord fascinée. On suit Rudolf Lang. C’est un jeune garçon qu’on ne peut que plaindre. Il est élevé par un père rigoriste qui ne tolère aucune faute et qui promet son unique fils à la carrière ecclésiastique. Rudolf, lui, ne rêve que de combats et d’aventures extraordinaires. Rien que de plus normal pour un garçon de son âge. Au fur et à mesure que l’intrigue se déroule, on décèle pourtant chez le garçon un comportement bizarre et en marge: il reproduit des gestes mécaniquement pour se calmer les nerfs, il compte ses pas dans la cour de l’école, il rêve de massacrer toute sa famille. Bref, on sent qu’il y a du mal de fait…

J’ai trouvé que l’intrigue s’essoufflait un peu au milieu du roman. J’ai eu du mal à suivre l’évolution du personnage qui s’engage dans l’armée et part en Turquie défendre les positions allemandes. Pourtant on apprend encore des choses sur Rudolf: il entretient des relations très compliquées avec les femmes; il obéit aux ordres sans jamais y déroger. A ce stade, on se dit que Rudolf ne peut pas évoluer dans le bon sens et la suite du roman le confirme… L’ombre traumatisante de son père plane toujours sur lui.

Dans la troisième partie du roman, on bascule carrément dans l’horreur puisque Rudolf est chargé de mettre en place la solution finale. On suit pas à pas ses réflexions et ses expériences. J’ai trouvé qu’on était plus dans le documentaire que dans le roman. L’intrigue fait directement écho au titre puisque le métier de Rudolf est d’exterminer un maximum de juifs. Il se contente d’obéir aux ordres et ce sera sa seule ligne de défense lorsqu’il se fera juger. Le lecteur est invité à suivre pas à pas la construction du camp d’Auschwitz jusqu’à la mise en place des fours. Sans aucune émotion, sans aucun sentiment, Rudolf décrit sa mission et la manière dont il a mis en place la solution finale.Robert Merle décrit l’horreur des camps avec un regard clinique, presque neutre. Ce roman m’a beaucoup marquée. Je pense qu’il restera longtemps dans ma mémoire!

« Le Reichsführer Himmler bougea la tête, et le bas de son visage s’éclaira…
– Le Führer, dit-il d’une voix nette, a ordonné la solution définitive du problème juif en Europe.
Il fit une pause et ajouta :
– Vous avez été choisi pour exécuter cette tâche.
Je le regardai. Il dit sèchement :
– Vous avez l’air effaré. Pourtant, l’idée d’en finir avec les Juifs n’est pas neuve.
– Nein, Herr Reichsführer. Je suis seulement étonné que ce soit moi qu’on ait choisi… »

Publicités

Une réflexion sur “La mort est mon métier, Robert Merle

  1. Un roman fort, d’autant plus qu’il y a justement ce détachement clinique que tu soulignes. Il me faisait penser à « Si c’est un homme » qui porte le même regard clinique sur l’horreur, mais de l’autre côté de la barrière cette fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s