Les trois lumières, Claire Keegan

Auteur: Claire Keegan

   Titre: Les trois lumières

   Publié aux éditions 10/18, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par une radieuse journée d’été, un père emmène sa fillette dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Le séjour chez les Kinsella semble devoir durer. La mère est à nouveau enceinte, et elle a fort à faire. Son mari semble plutôt désinvolte : il oublie le bagage de la gamine dans le coffre de la voiture en partant.

Au fil des jours, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui l’entourent de leur bienveillance. Pour elle qui était habituée à une nombreuse fratrie, la vie prend une autre dimension. Elle savoure la beauté de la nature environnante, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille si paisible. En apparence du moins. Certains détails l’intriguent : la manière dont Mrs Kinsella lui propose d’aller puiser de l’eau, les habits de garçon dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle…

 

88 pages de pur bonheur! Ce roman est une merveille, un morceau de poésie et d’élégance dans la littérature contemporaine. L’auteur décrit peu mais suggère beaucoup avec force et luminosité.

On suit les aventures de la narratrice. C’est une petite fille, envoyée par ses parents à la campagne, chez de lointains cousins. En effet, sa mère, enceinte une fois de plus a besoin de repos.

Chez les Kinsella, on semble faire attention à cette petite fille, elle qui d’habitude n’est qu’un numéro de plus, une bouche à nourrir. La gamine va apprendre la tendresse, l’amour au cours de ce séjour chez les Kinsella.

Car c’est avant tout un roman d’amour entre une fillette et un couple sans enfant que nous livre l’auteur. Tout n’est que douceur dans ce roman. Sous les yeux du lecteur, s’épanouit cette petit fille qui réapprend à aimer la vie et les choses simples: aller puiser de l’eau, faire de la pâtisserie, lire. La fillette redevient une enfant qui existe.

Mais sous le bonheur apparent du couple, se cache malheureusement un drame que l’auteur parvient à dévoiler avec pudeur. L’auteur ne tombe jamais dans le mélodrame facile ou dans la caricature. Tout est suggéré et c’est là, selon moi, la grande force du livre et le vrai talent de Claire Keegan.

La fin du roman m’a bouleversée au point de me tirer quelques larmes. On ressort de cette lecture plein de lumière et d’amour. Les trois lumières est un roman incontournable pour moi, un véritable coup de cœur.

Publicités

4 réflexions sur “Les trois lumières, Claire Keegan

  1. Magnifique billet pour un bon moment de lecture.
    Je suis admirative du talent narratif de l’auteur qui m’a captivé le temps de lire cette histoire.
    Il faut lire entre les lignes .Quelle finesse.J’ai beaucoup aimé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s