Le cas Sneijder, Jean-Paul Dubois

Auteur: Jean-Paul Dubois

Titre: Le cas Sneijder

Éditions: Points

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je devrais être mort depuis le mardi 4 janvier 2011. Et pourtant je suis là, chez moi, dans cette maison qui m’est de plus en plus étrangère, assis, seul devant la fenêtre, repensant à une infinité de détails, réfléchissant à toutes ces petites choses méticuleusement assemblées par le hasard et qui, ce jour-là, ont concouru à ma survie. »

Victime d’un terrible – et rarissime – accident d’ascenseur dans une tour de Montréal, Paul Sneijder découvre, en sortant du coma, qu’il en est l’unique rescapé. C’est le début d’une étrange retraite spirituelle qui va le conduire à remettre toute son existence en question. Sa femme, ses fils jumeaux, son travail, tout lui devient peu à peu indifférent. Jusqu’au jour où, à la recherche d’un emploi, il tombe sur la petite annonce qui va peut-être lui sauver la vie…

 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. J’ai trouvé ce roman très très « bof ». Je ne peux pas dire que je l’ai détesté, ni que je l’ai aimé. Je l’ai lu avec attention: certains passages m’ont même plu, mais au final ce livre ne m’a pas vraiment accroché.

   Pourtant l’intrigue de départ était bonne: le personnage est le seul rescapé d’un accident d’ascenseur dans lequel il a d’ailleurs perdu sa fille Marie. Le lecteur suit donc les conséquences de cet accident dans sa vie. En effet, le personnage remet tout en cause: il quitte son travail pour devenir promeneur pour chiens. Il passe tout son temps à lire des revues sur les ascenseurs au point d’en devenir obsédé. C’est à la douleur d’un père que l’on est confronté et certains passages sont très émouvants.

   Certaines situations sont cocasses, certes mais je n’ai pas véritablement ri pendant ma lecture. J’ai surtout été exaspérée par la mollesse et la faiblesse du personnage qui traîne ses problèmes tout au long du roman et qui se laisse manipuler comme une poupée. Il s’est remarié avec une femme qui l’a empêché toute sa vie de voir sa première fille Marie. A présent qu’elle est morte, il a enfin le droit de l’avoir auprès de lui, dans une urne au-dessus de la cheminée! Et c’est seulement maintenant que le personnage se rend compte qu’il n’a pas su dire non à sa femme et qu’il n’a jamais su s’imposer!

   Il faut dire que l’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère pour décrire sa femme. Elle est arrogante, cupide, méprisante. Elle trompe son mari en plus de cela. Bref, c’est un personnage féminin à la limite de l’hystérie, agaçante au possible. Le lecteur n’a qu’une envie durant tout le roman, c’est de dire au personnage principal « tire-toi’. Chose qu’il ne fera pas bien évidemment.

   Je m’attendais à un roman à l’humour noir, au ton cinglant. J’ai lu une histoire qui m’a fait déprimer. Un roman peu enthousiasmant pour moi!

Publicités

2 réflexions sur “Le cas Sneijder, Jean-Paul Dubois

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #3 « carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s