La plume empoisonnée, Agatha Christie

Auteur: Agatha Christie

Titre: La plume empoisonnée

Éditions: Le livre de Poche, 1994

 

 

 

Le notaire, le médecin, la femme du pasteur…

Tout le monde y passe. Et le doute s’insinue dans les esprits. Il n’y a pas de fumée sans feu… Pourtant les accusations portées par les lettres anonymes qui déferlent sur Lymstock sont tout à fait grotesques. Ne serait-il pas judicieux de s’attaquer aux petits scandales qui émaillent la vie du village ? Mais non… L’auteur des lettres préfère donner dans la fantaisie. Il n’empêche qu’à force de bombarder la petite communauté de propos aussi invraisemblables qu’orduriers, il finira bien par toucher juste un jour.
Et qui sait s’il ne déclenchera pas un drame ?

 

   J’avais envie d’une lecture automnale. Quoi de mieux qu’un bon vieil Agatha Christie? Pas de risque au moins: une bonne intrigue, des personnages typiques, une ambiance so british… Je me suis en plus réjouie de retrouver Miss Marple en lisant la quatrième de couverture de La plume empoisonnée. Je cite: « Qui mieux que Miss marple pourra démêler les fils de l’écheveau? »

   Alors j’ai commencé ma lecture. D’abord, cela m’a paru bizarre car le narrateur disait « je ». Tiens, tiens, l’auteur aurait changé sa manière de raconter l’histoire dans ce tome consacré à Miss Marple? Et puis au bout d’un moment, je me suis bien aperçue que c’était un homme qui racontait cette histoire et non une femme! Miss Marple aurait–elle viré de bord?

   J’ai continué à lire, à lire et à m’attendre à ce que Miss Marple déboule à un moment ou à un autre. Toujours rien! L’intrigue se traînait en longueur en plus. Dans un petit village anglais, les habitants reçoivent des lettres anonymes dénonçant leurs petits scandales. Le narrateur décide d’enquêter. C’est l’occasion pour l’auteur de faire défiler toute une galerie de personnages, du notaire bourru à la jeune adolescente mal dans sa peau.

   Bref, l’histoire m’a paru peu intéressante parfois même mièvre (grâce à une histoire d’amour tirée par les cheveux!) voire cucu la praline! Bon sang! Ces lettres anonymes sont débiles et ne cassent pas trois pattes à un canard. L’intrigue tient vraiment à peu de choses. Les villageois font tout un scandale pour pas grand chose. Les accusations lancées sont en plus ridicules: machin couche avec bidule; trucmuche est un voleur. L’enquête est longue, mais longue. Le narrateur, beau gosse, joli cœur de ces dames, participe sans souci à l’enquête policière, parce que Môsieur vient de la ville et a un autre regard sur les choses! Il s’introduit dans tous les foyers, toutes les familles, il recueille sans problème les confidences de chacun quand l’enquêteur en chef, lui, se planque dans les buissons. Non, mais laissez-moi rire! C’est presque sans intérêt s’il n’y avait pas…..Miss Marple.

   Parce que oui, elle est bien là! Après l’avoir attendue fébrilement pendant près de 200 pages (le roman en compte 222), l’auteur fait bien référence à une certaine Miss Marple, en vacances dans la région. Le narrateur aura bien affaire à elle: il lui parle en tout et pour tout deux fois!!

   Dire que je suis déçue par ce roman n’est pas vraiment une surprise pour vous à l’issue de la lecture de ce billet. L’intrigue de ce roman est médiocre, les personnages inconsistants. Mais au-delà de la déception, c’est la quatrième de couverture à la limite de la publicité mensongère qui m’énerve le plus. Moi qui pensait lire une enquête de Miss Marple, j’en prends pour mon grade. A mon avis, celui qui a rédigé la quatrième de couverture n’a même pas ouvert le roman ou en a lu un piètre résumé réalisé par un élève de 6ème (comme bien souvent). 

   Désormais, je ne lirai plus que les classiques d’Agatha Christie. Plus de risques inutiles!

Publicités

4 réflexions sur “La plume empoisonnée, Agatha Christie

  1. Pingback: La Maison biscornue d’Agatha Christie | Carolivre

  2. Personnellement, aimant les bluettes à l’eau de rose avec un brin d’enquête policière… et puis ce proverbe vindiou… je le trouve fort bien utilisé dans ce roman. Cela n’a pas d’importance que ce ne soit pas vraisemblable, les gens croient ce qu’ils lisent sans réfléchir pour certains. Bah oui, il n’y a pas de fumée sans feu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s