De grandes Espérances, Charles Dickens

   Auteur: Charles Dickens

   Titre: De grandes Espérances

   Éditions: L’École des Loisirs, 2012.

  

  

 

 

 

 

 

 

 

Pip est un jeune garçon rêveur et sensible. Élevé par une sœur revêche et un beau-frère d’une nature excellente mais tenu sous la coupe de cette maîtresse femme, il aime à traîner au cimetière où sont enterrés ses parents. Les pierres tombales, bien évidemment, ajoutent à l’atmosphère lugubre de l’Angleterre dépeinte par Dickens, toile de fond au récit de l’ascension sociale de Pip.
Enfant, avant même qu’un héritage inattendu éveille en lui « de grandes espérances », il voit le monde à travers le filtre étrange de son imagination qui frise parfois le surnaturel et le prédispose à la rencontre avec deux êtres qui vont transformer sa vie : un forçat évadé, figure qui reparaîtra de manière récurrente, et Miss Havisham, vieille folle qui n’a de cesse, pour venger sa jeunesse bafouée, d’exhorter Estella à briser le cœur de toute la gent masculine. C’est chez elle, dans une demeure au temps assassiné, qu’il fera l’apprentissage des bassesses de la nature humaine.

 

   Ce roman est pour moi un vrai coup de cœur tant je l’ai lu avec plaisir. J’ai adoré suivre les aventures de Pip et c’est à regret que j’ai refermé ce roman magnifique.

   Mais commençons par le commencement. Si je me suis subitement intéressée à l’histoire de ce cher Pip, c’est grâce à un autre roman: Mister Pip de Lloyd Jones. Dans ce roman, plutôt jeunesse, l’auteur met au cœur de son roman l’histoire de Dickens. Il y fait sans cesse référence. J’avais donc très envie de découvrir le livre original.

   Un peu avant Noël, j’ai découvert dans une librairie De Grandes espérances de Dickens mais adapté par Marie-Aude Murail et surtout illustré par Philippe Dumas. Je n’ai pas hésité à me l’offrir.

   Les illustrations sont magnifiques et je suis restée parfois plusieurs minutes à les contempler durant ma lecture. Elles apportent vraiment un plus à cette édition. Marie-Aude Murail a su adapter ce roman avec soin sans en dénaturer l’intérêt ou l’intrigue. Ainsi, j’ai suivi l’ascension sociale de ce cher Pip avec amusement.

   Tout commence alors que Pip enfant « sauve » d’une mort certaine un forçat évadé dans les marais. Pip, garçon pauvre destiné à devenir forgeron, va alors connaître un destin extraordinaire. En effet, il reçoit de manière anonyme un héritage dont le but est de faire de lui un vrai Monsieur, un gentleman.

   Pip fait alors le dur apprentissage de l’amour et des conventions sociales. Il entrevoit, grâce à cet argent, de grandes espérances qui ne seront pas celles qu’il pensait au départ. Il sera amené à faire des choix, parfois à renier ses origines sociales.

   Dickens permet au lecteur de traverser et de s’intéresser à toutes les couches de la société victorienne. Mon intérêt n’a pas faibli une seule fois au cours de ma lecture. De grandes espérances reste un roman magnifique, à découvrir.

  

  

Publicités

5 réflexions sur “De grandes Espérances, Charles Dickens

  1. Pingback: C’est Lundi, que lisez-vous? #13 « carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s