Daytripper, Gabriel Ba et Fabio Moon

Auteurs: Gabriel Ba et Fabio Moon

   Titre: Daytripper

   Éditions: Urban Comics

  

  

 

 

 

 

 

 

 

Les mille et une vies d’un aspirant écrivain… et ses mille et une morts. Brás de Oliva Domingos, fils du célèbre écrivain brésilien, passe ses journées à chroniquer les morts de ses contemporains pour le grand quotidien de São Paulo… et ses nuits à rêver que sa vie commence enfin. Mais remarque-t-on seulement le jour où notre vie commence vraiment ? Cela commence-t-il à 21 ans, lorsque l’on rencontre la fille de ses rêves ? À 11 ans, au moment de son premier baiser ? À la naissance de son premier enfant peut-être ? Ou au crépuscule de sa vie…

 

   J’annonce tout de suite que cette BD est un coup de cœur pour moi. J’ai tout aimé: le personnage principal, les dessins, les couleurs, le scénario.

   Le personnage principal, Bras, est très attachant. Journaliste dans un grand quotidien brésilien, il s’occupe de la rubrique nécrologique. Il rend hommage aux morts une dernière fois. Mais Bras s’ennuie dans son métier. Il aimerait s’élever, devenir écrivain. Hélas, l’ombre de son père, écrivain national, plane au-dessus de lui, paralysant Bras et l’empêchant de réaliser ses rêves. Bras rêve alors chaque nuit d’une nouvelle vie se terminant inéluctablement par sa mort….

   En effet, chaque chapitre de la BD est consacré à Bras en train de rêver sa vie à différents âges de la vie: 11 ans, 21 ans, 33 ans, 41 ans, etc…

   Ces âges correspondent aussi à différents étapes de l’existence: le premier baiser, le premier voyage, le premier amour, devenir père, perdre son père. Bras se rêve, s’invente une vie parfois meilleure que la sienne, parfois pire.

   Les auteurs de la BD livrent une réflexion sur la mort et le rêve. Faut-il se contenter de sa vie ou la rêver? Où commence la vraie vie? A quel âge?

   Les couleurs et les dessins paraissent simples. Ils sont en réalité très travaillés rendant la BD réelle, laissant apparaître les couleurs et les odeurs du Brésil.

   La fin de la BD m’a littéralement bouleversée: j’en ai pleuré. Bras nous livre ses dernières pensées sur le sens de la vie et de la mort alors qu’il retrouve une lettre posthume de son père.

   Daytripper est une BD que je recommande à tous!

Publicités

2 réflexions sur “Daytripper, Gabriel Ba et Fabio Moon

  1. J’avais bien aimé moi aussi. Surtout l’ambiance et les couleurs. Par contre, certains chapitres m’avaient moins touchée que d’autres. Une question d’expérience de la vie je suppose. Mais, clairement, c’est une BD bien différente de toutes les autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s