La malédiction de l’épouvanteur, Joseph Delaney

Auteur: Joseph Delaney

Titre: La Malédiction de l’épouvanteur, Tome 2

Éditions: Bayard Jeunesse, 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà six mois que tu es l’apprenti de M. Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l’obscur t’a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l’obscur d’avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C’est pour cela que je t’ai donné la vie. » L’Épouvanteur et son apprenti se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l’Épouvanteur n’a jamais réussi à vaincre. On l’appelle le Fléau. Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n’est pas leur seul ennemi. L’inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l’obscur! Thomas et son maître survivront-ils à l’horreur qui s’annonce?

 

   J’avais vraiment accroché avec la découverte du 1er tome de l’épouvanteur au point que ce fut un vrai coup de cœur. Je me suis donc offert dans la foulée le tome 2 et le tome 3.

   Ce deuxième tome est à la hauteur du 1er! Je ne suis pas déçue de ma lecture. J’ai dévoré ce livre comme le premier: en quelques heures seulement.

   Dans ce deuxième tome, le lecteur retrouve Thomas. Cela fait déjà 6 mois qu’il est l’apprenti de M.Grégory. Le roman débute sur les chapeaux de roues. En effet, Thomas doit, à lui seul, entraver un gobelin qui s’en est pris au Père Grégory qui n’est autre que le frère de M.Grégory. L’opération est un succès, hélas le Père Grégory meure des suites de ses blessures.

   Comme le veut la tradition, il doit être enterré à Priestown, la grande cité ecclésiastique. M.Grégory décide de s’y rendre afin de rendre un dernier hommage à son frère mais Thomas apprend vite qu’il ne s’agit pas de la seule raison. En effet, Grégory doit y terminer un travail laissé inachevé quelques années plus tôt. Le Fléau, une force de l’obscur, doit être éradiqué une bonne fois pour toutes.

   Dans ce tome, l’auteur plonge son lecteur dans une atmosphère angoissante et sombre et cela n’est pas seulement dû à la présence du Fléau mais surtout à celle de l’Église. En effet, Priestown fourmille de prêtres et de moines en tous genres. Quand on sait qu’ils détestent les épouvanteurs et qu’ils feraient tout pour les voir sur le bûcher, on comprend mieux l’angoisse et la peur qui collent à la peau de Thomas et son maître. Leur première mission est donc de se faire tout petit et de se fondre au maximum dans le décor.

   Puis Thomas et son maître se mettent en quête du Fléau. Cette entité obscure se niche dans les catacombes, sous la cathédrale. Elle se nourrit d’animaux morts et quand elle peut attraper un être vivant, elle le « presse » au sens littéral afin d’en extraire le maximum de sang. Là encore, j’apprécie le fait que l’auteur ne nous cache rien. Sans rentrer dans l’horreur pure ou le gore, il explique les choses posément et ne ménage pas son lecteur. Thomas devra pénétrer seul dans les catacombes. Là encore, l’auteur joue sur notre peur du noir et de l’inconnu afin de nous faire frissonner.

   Outre le Fléau à combattre, Thomas devra se méfier d’une menace encore plus grande: celle de l’inquisiteur. Ce dernier pourchasse sorcières et épouvanteurs afin de les punir sur le bûcher. Il se délecte de la souffrance et inspire la crainte à tous. Là encore, c’est peut-être ce personnage qui m’a le plus marquée. En effet, l’auteur s’inspire bien évidemment de la réalité historique en faisant directement référence à l’inquisition religieuse. L’inquisiteur apparaît dans toute sa perversité: il aime humilier et torturer. A se demander qui de lui ou du Fléau est le plus terrible des maux.

   Ce deuxième tome apparaît alors plus sombre, plus cruel que le premier tout en prenant de l’ampleur. Le personnage de Thomas commence à doucement s’étoffer. Il se pose de plus en plus de questions sur son avenir. Quant à Grégory, on le sent plus vieux, plus vulnérable. Pas de super héros dans ce roman mais des personnages qui souffrent, qui échouent et qui restent humain.

   J’attends donc de lire la suite de cette saga avec impatience!

Publicités

3 réflexions sur “La malédiction de l’épouvanteur, Joseph Delaney

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #23 | carolivre

  2. Pingback: Mon Bilan lecture du mois de Mars | carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s