Les femmes du braconnier, Claude Pujade-Renaud

Auteur: Claude Pujade-Renaud

Titre: Les femmes du braconnier

Éditions: Babel, 2012

 

 

  

 

 

 

 

 

 

C’est en 1956, à Cambridge, que Sylvia Plath fait la connaissance du jeune Ted Hughes, poète prometteur, homme d’une force et d’une séduction puissantes. Très vite, les deux écrivains entament une vie conjugale où vont se mêler création, passion, voyages, enfantements. Mais l’ardente Sylvia semble peu à peu reprise par sa part nocturne, alors que le « braconnier  » Ted dévore la vie et apprivoise le monde sauvage qu’il affectionne et porte en lui. Bientôt ses amours avec la poétesse Assia Wevill vont sonner le glas d’un des couples les plus séduisants de la littérature et, aux yeux de bien des commentateurs, l’histoire s’achève avec le suicide de l’infortunée Sylvia.

 

   Quel livre! J’ai été transportée d’un bout à l’autre par cette histoire d’amour tragique. Dans ce roman, Claude Pujade-Renaud propose à son lecteur de raconter la vie tumultueuse de la poétesse américaine Sylvia Plath.

   Tout commence en Angleterre. Là-bas, Sylvia fait la connaissance de Ted Hughes. Immédiatement, les deux poètes se plaisent. Ils décident de vivre ensemble puis de se marier. Ils auront deux enfants. Mais comment faire coïncider ainsi deux génies de la création poétique? Le couple tient quelques années puis se délite peu à peu. Sylvia s’abîme dans l’alcool; Ted dans les femmes.

   La manière dont l’auteur raconte l’histoire est surprenante mais très intelligente. Les chapitres font quelques pages (2 ou 3 en moyenne) et donnent la parole à un personnage différent à chaque fois: Sylvia, Ted, la mère de Sylvia ou sa sœur, la mère de Ted, d’autres poète ou amis. Racontée soit à la 1ère ou à la 3ème personne, cette manière de donner la parole permet d’éclairer l’histoire fulgurante de Sylvia et Ted.

   On comprend vite que Sylvia est une âme meurtrie, torturée. C’est une poétesse géniale mais mal dans sa peau. Quant à Ted, il supporte mal que sa femme puisse créer plus que lui avec autant de facilité. Outre leur histoire d’amour tumultueuse, on suit deux artistes dans leurs moments de doute, de succès. L’auteur place son roman au cœur de la création artistique. Rien n’y fera: tout cela finira mal et le lecteur attend cette chute irrémédiable.

   Quant à moi, je ne connaissais Sylvia Plath que de nom, de réputation mais à travers ce roman j’ai eu envie de découvrir quelle poétesse elle fut. Je me suis ainsi procurée l’un de ces recueils de poésie. J’en ai lu quelques uns déjà et ils sont forts, plein de détresse. Je pense que je vais aimer parcourir ces poèmes en me remémorant les conditions dans lesquelles elles les a écrits.

   Ce roman est un vrai coup de cœur pour moi! A découvrir.

Publicités

Une réflexion sur “Les femmes du braconnier, Claude Pujade-Renaud

  1. Pingback: C’est Lundi, que lisez-vous? #25 | carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s