Les enquêtes d’Enola Holmes, Tome 3: le mystère des pavots blancs de Nancy Springer

Les enquêtes d’Enola Holmes, tome 3: le mystère des pavots blancs de Nancy Springer,

Éditions Nathan poche policier,

2011, 218 pages,

Pour l’acheter: Les enquêtes d’Enola Holmes, tome 3.

 

 

 

 

 

 

 

 

Se choisir un nom n’est pas chose facile. D’autant que mon prénom, Enola, qui à l’envers se lit : alone – en anglais : seule – me va comme un gant. Je me vois pourtant condamnée aux pseudonymes, seul moyen d’échapper à mes frères aînés, Mycroft et Sherlock Holmes, qui se sont mis en tête de m’expédier en pension pour faire de moi une lady. Peine perdue ! J’ai maintes fois réussi à tromper leur vigilance, allant même
jusqu’à résoudre des enquêtes qui laissait perplexe mon détective de frère. Or, en ce frais matin de mars 1889, dans l’East End de Londres, alors que je m’inventais encore une nouvelle identité, mon attention fut captée par un titre du Daily Telegraph : Mystérieuse disparition de l’associé de Mr Sherlock Holmes – le Dr Watson introuvable ! Deux personnes déjà cherchaient à savoir où se trouvait le Dr Watson : sa femme, il va de soi, et son meilleur ami, mon frère Sherlock. On pouvait désormais en ajouter une troisième : moi.

 

C’est toujours avec un immense plaisir que je plonge dans une aventure d’Enola Holmes, la sœur de Sherlock Holmes inventée par Nancy Springer.

Pour échapper à ses frères Sherlock et Mycroft qui veulent faire d’elle une parfaite lady, Enola se cache à Londres et vit seule dans un petit appartement. La jeune fille très débrouillarde cultive l’art du mystère et du déguisement afin d’échapper à son redoutable frère, détective de renom. C’est d’ailleurs à lui qu’elle emprunte cette passion pour le déguisement et le grime.

Dans cette troisième enquête, Enola apprend la disparition du Docteur Watson. Tout le monde est désemparé à commencer par Sherlock lui-même qui n’a pas l’ombre d’une piste. Si Enola commence par saisir le début de l’affaire, c’est parce qu’elle connaît le langage des fleurs et c’est un bouquet étrange destiné à Mary, la femme du Docteur Watson, qui va lui mettre la puce à l’oreille.

Si la suite de l’enquête est un peu due au hasard, la perspicacité et l’intelligence d’Enola sont particulièrement mises en avant par l’auteur. Au delà de l’enquête, c’est le personnage qui s’avère très intéressant. Enola est une jeune adolescente qui a conscience qu’elle réussira par son intelligence et son pragmatisme. Elle sait observer avec pertinence et ses hypothèses sont dignes de celles de Sherlock. Cette héroïne met à l’honneur l’intelligence là où d’autres se servent de leurs poings ou de leurs charmes.

Nancy Springer n’hésite pas à mettre en avant la parenté entre Enola et Sherlock pour le plus grand plaisir des lecteurs. Enola apprend beaucoup de son aîné et apparaît plus fine ou plus maligne dans ses déductions. Même si elle a moins d’expérience que Sherlock, elle fait preuve d’un grand sens de l’observation. Elle apparaît aussi plus active là où Sherlock se contente d’agiter ses neurones.

J’aime énormément cette série qui met en scène ce personnage féminin positif qui s’en sort par l’intelligence. Mais j’aime aussi le style de l’auteur. Bien que ce roman soit destiné à la jeunesse, l’auteur ne se complaît pas dans un style facile et pauvre. Au contraire, les phrases et les tournures sont bien construites, le vocabulaire est riche et en adéquation avec l’époque à laquelle se déroule l’enquête. Le travail de recherche de l’auteur se fait aussi réellement sentir: les descriptions des bas quartiers de Londres sont criants de réalisme. Et encore mieux, les dialogues ne sonnent pas faux.

En résumé, ce troisième tome est une réussite. Le style de l’auteur, l’intérêt porté à l’époque, la fluidité de l’intrigue sont autant de points forts. Le personnage d’Enola évolue également: la jeune fille prend de plus en plus d’assurance. Nancy Springer traite avec intelligence ce personnage de jeune femme rebelle loin des clichés.

Publicités

5 réflexions sur “Les enquêtes d’Enola Holmes, Tome 3: le mystère des pavots blancs de Nancy Springer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s