Quand j’étais Jane Eyre de Sheila Kohler

Quand j’étais Jane Eyre de Sheila Kohler,

Éditions 10/18,

2013, 236 pages,

Pour l’acheter: Quand j’étais Jane Eyre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le calme et la pénombre, au chevet de son père qui vient de se faire opérer des yeux, Charlotte Brontë écrit, se remémore sa vie, la transfigure. Elle devient Jane Eyre dans la rage et la fièvre, et prend toutes les revanches : sur ce père, pasteur rigide, désormais à sa merci, sur les souffrances de son enfance marquée par la mort de sa mère et de deux sœurs aînées, sur sa passion malheureuse pour un professeur de français à Bruxelles, sur son désespoir face à son frère rongé par l’alcool et la drogue, sur le refus des éditeurs qui retournent systématiquement aux trois sœurs Brontë leurs premiers romans, envoyés sous pseudonyme.

L’auteur, Sheila Kohler, a eu l’idée de ce roman à la lecture d’un passage de la biographie de Charlotte Brontë. Personne ne sait ce qui s’est passé lorsque Charlotte veillait son père convalescent. Le roman Quand j’étais Jane Eyre part de cette hypothèse: et si c’était lors de cette période de calme et de solitude que Charlotte avait eu l’idée de Jane Eyre et avait commencé à l’écrire?

La romancière tisse alors son intrigue autour de la rédaction du roman qui fera de Charlotte Brontë une auteure renommée en Angleterre. Le récit se découpe en trois parties: trois moments qui représentent un tournant dans la vie de Charlotte.

Il y a d’abord la longue veille auprès de son père pasteur. Atteint aux yeux, presque aveugle, il subit l’opération de la dernière chance. Et c’est Charlotte, dévouée, qui l’accompagne dans cette douloureuse épreuve. La solitude et le calme de la chambre paternelle lui permettent de se remémorer ses années passées en Belgique et son histoire d’amour avortée. Toutes ses pensées vont alors nourrir l’imaginaire de Charlotte. L’auteur Sheila Kohler montre au lecteur une romancière en train de se construire et d’écrire ce qui deviendra un chef d’œuvre.

C’est la partie du roman qui m’a le moins plu. Certes, on en apprend beaucoup sur la vie passée de Charlotte mais j’ai trouvé l’intrigue trop étirée, trop « molle ». L’auteur nous montre Charlotte en pleines élucubrations: elle cherche, elle doute et elle écrit. Si l’idée est intéressante, la manière dont l’auteur la traite ne m’a pas emballée.

J’ai davantage apprécié les deux parties suivantes. En effet, on y voit Charlotte entourée de ses sœurs, Emily et Anne, alors que le succès vient taper à sa porte. J’ai énormément aimé les scènes familiales décrites par l’auteur. Les trois sœurs vivent ensemble, écrivent ensemble, réfléchissent ensemble. Autour de la table, à la lueur de la bougie, elles se racontent leurs intrigues, s’émulent, débattent. Seule ombre au tableau: leur frère opiomane et alcoolique qui vient perturber ce fragile équilibre.

L’auteur raconte avec beaucoup de style cette union sororale d’autant que la vie est rude. Les jeunes femmes ne se marieront pas. Elles doivent ainsi veiller aux tâches ménagères les plus rudes: le ménage, le linge, la vaisselle. Elles écrivent pour se réconforter et pour faire de leur vie quelque chose de meilleur, espérant que le succès s’invite. Hélas, les refus des maisons d’édition sont nombreux et leur père voit en leurs écrits qu’un amusement de plus.

Dans la troisième partie, elle se penche sur le succès de Charlotte alors qu’elle est seule, désormais, avec son vieux père. La vie de triomphe n’est pas celle qu’elle avait imaginé. Elle a réussi son pari: vivre de sa plume mais à quel prix?

Pour résumer: si je n’ai pas vraiment apprécié la première partie de l’ouvrage trop longue à mon goût, j’ai cependant dévoré les deux suivantes. L’auteur décrit avec justesse la complicité qui unit les sœurs Brontë et elle montre que le chemin du succès fut long à trouver.

Publicités

2 réflexions sur “Quand j’étais Jane Eyre de Sheila Kohler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s