Misery de Stephen King

Misery de Stephen King,

Publié au Livre de Poche,

2009, 391 pages,

Pour l’acheter: Misery

 

 

 

 

 

Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l’a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d’argent, mais l’a aussi étouffé : sa mort l’a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre.
Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d’Annie Wilkes, l’infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d’avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n’a pas le choix…

Mon année lecture 2014 démarre en fanfare avec mon premier roman de Stephen King, Misery. Je n’ai pas choisi le plus tendre de ses romans, loin de là.

Dans Misery, Paul Sheldon, auteur à succès, est recueilli après un accident de voiture par Annie. Paul se réveille dans une maison isolée au coeur du Colorado. Il a eu les jambes et le bassin broyés dans l’accident et il constate avec effarement qu’Annie lui a fixé des genres d’attelles. Pourquoi ne l’a-t-elle pas amené à l’hôpital? Quel est ce médicament qu’elle lui administre afin de faire diminuer la douleur mais qui rend Paul si accro?

Dès les premières pages du roman, j’ai été happée par l’atmosphère instaurée par l’auteur. Paul, noyé dans le brouillard de ses médicaments, ne se rend pas compte tout de suite de la folie d’Annie, car oui, Annie est bel et bien une psychopathe. Non seulement elle va séquestrer Paul mais elle va l’obliger à écrire la suite de ses romans à succès Misery.

Paul n’a pas le choix et se met à écrire la suite d’une saga qu’il croyait close. Sous la menace d’Annie, il s’exécute. D’abord rebelle, il réalise très vite qu’on ne s’oppose pas à Annie sous peine de le payer très très cher. Stephen King manipule à merveille son personnage qui passe d’un être libre de ses actes à un être soumis, effrayé, acculé. La tension monte de plus en plus et la folie d’Annie va de pair.

Pendant ma lecture, je me disais intérieurement: « Non, elle ne va pas aller jusque là! Ce n’est pas possible. » Et pourtant si. L’auteur joue avec les nerfs du lecteur. Les sous-entendus sont légions et quand Annie passe à l’action, les coups sont brefs mais terribles.

On déteste Annie dès le début et on ne lui trouve aucune excuse. Elle est folle à lier et rien ne vient atténuer cette impression. Pourquoi s’est-elle mis à tuer de manière compulsive? L’auteur n’avance guère d’explication et laisse son pauvre personnage se débattre avec cette folle. Quand à Paul, le lecteur ne peut qu’être de son côté. C’est un écrivain qui a des côtés ratés: divorce, alcool, drogue. Malgré l’aliénation qu’il subira jamais il ne renoncera à sa liberté pour autant et tout au long du roman, il garde le secret espoir de s’enfuir. Stephen King mène aussi une réflexion sur le processus créatif. Paul est forcé d’écrire et il va trouver dans la rédaction de son roman matière à s’évader de sa prison.

Cette lecture m’a vraiment marquée et me permet de démarrer l’année en beauté. Mon prochain Stephen King sera sans doute Shining, un autre roman horrifique qui explore une fois de plus les limites de la folie.

Publicités

11 réflexions sur “Misery de Stephen King

  1. Dans ses romans « psychologiques », je te recommande « Jessie » : mon gros coup de coeur de l’auteur !
    J’ai beaucoup aimé « Misery » mais « Jessie » est encore plus oppressant.

  2. Pingback: C’est Lundi, que lisez-vous? #32 | carolivre

  3. Pingback: Shining de Stephen King | carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s