La Maison sur le rivage de Daphné du Maurier

La Maison sur le Rivage de Daphné du Maurier,

Publié aux éditions Le livre de poche,

1969, 440 pages,

Pour l’acheter: La Maison sur le rivage

Élevée dans une famille londonienne aisée, Daphné Du Maurier écrit ses premières pages  à l’âge de dix-huit ans. Son roman le plus connu est certainement Rebecca, l’histoire du mariage d’une jeune femme avec un veuf riche et mystérieux.Trois de ses romans ou nouvelles furent portés à l’écran par Alfred Hitchcock

En Cornouailles, dans une très ancienne demeure, un homme cède à la tentation de vérifier les effets d’une nouvelle drogue mise au point par un savant réputé. C’est le début d’un long voyage, au cours duquel il va se retrouver plongé dans un passé vieux de plus de six siècles. Mais les troublantes scènes dont il va être le témoin invisible sont-elles pure illusion ? Les personnages qu’il croise ne sont-ils que des fantômes nés de son imagination ?

Vous le savez, Daphné du Maurier et l’une de mes auteurs préférés si ce n’est mon auteur chouchou. Après Rebecca, Ma cousine Rachel et L’auberge de la Jamaïque, j’avais envie de me replonger dans une ambiance sombre et mystérieuse avec La Maison sur le rivage.

J’ai d’abord eu du mal à entrer dans le roman car l’intrigue prend réellement son essor aux 100 premières pages passées. Nous faisons connaissance au début du roman avec Richard Young. C’est un éditeur qui a décide de prendre un peu de bon temps dans une maison prêtée par son ami scientifique Lane, en Cornouailles. Richard a accepté de devenir « le cobaye » de son ami afin de tester une sorte de drogue qui permettrait de retourner dans le passé.

Chaque « voyage », comme il les appelle, permet en effet de revivre mentalement des scènes se déroulant au même endroit mais six siècles auparavant. La seule règle émise par Lane est de ne jamais entrer en contact avec les personnages rencontrés lors de ces visions sous peine de connaître de terribles vertiges et nausées.

Richard expérimente donc ces « voyages » et se retrouve projeté dans une Cornouailles du 14 ème siècle, violente et sauvage. Il suit un certain Roger, intendant d’une famille noble. Daphné du Maurier fait donc cohabiter et alterner les épisodes où Richard a des visions et ceux où il vit sa vie actuelle. Si j’ai aimé la manière dont chaque voyage se déroule, j’avoue avoir été déboussolée et complètement perdue par les nombreux personnages que croise Richard au cours de ses visions. En effet, lors de ses voyages, Richard va comprendre qu’il assiste impuissant à la déchéance d’une famille noble et fortunée de Cornouailles. Il semble d’ailleurs s’éprendre très vite d’une certaine Isolda, sorte de femme rêvée idéale. Les relations entre les personnages sont complexes et ils sont à chaque fois si nombreux (ajoutez à cela des noms et prénoms qui sont les mêmes pour plusieurs personnages) que cette intrigue secondaire ne présente parfois guère d’intérêt. C’est bien dommage car ce sont les seuls passages du roman qui m’ont véritablement ennuyée.

En effet, j’ai vraiment aimé les moments où Richard revient de ses voyages et reprend sa vie en main. Il est bientôt rejoint par sa femme et ses deux beaux-fils. Lui qui voulait continuer ses expériences se voit condamné à ruser pour dissimuler son activité illicite. Les relations avec sa femme Vita se compliquent d’autant plus que Richard comprend qu’à chacun de ses « voyages mentaux », il se déplace physiquement. Ainsi, un matin il se retrouve complètement trempé, pataugeant dans les marécages. Certaines scènes sont très drôles notamment quand Vita soupçonne son mari d’avoir une aventure extraconjugale.

L’expérience menée par Richard va cependant devenir de plus en plus risquée et dangereuse. En effet, les effets de cette drogue ne sont pas anodins. Richard devient dépendant et il ira jusqu’à risquer sa vie pour connaître le fin mot de l’Histoire. L’auteur ajoute une touche dramatique à son roman lorsqu’on voit Richard, dépendant, tenter de se persuader du contraire. C’est alors un homme qui lutte contre ses démons. L’intrigue devient plus psychologique et la tension extrême.

Daphné du Maurier nous plonge une fois de plus dans une ambiance sombre et mystérieuse. Le décor de la Cornouailles ajoute un peu plus de mystère à l’intrigue: marécages, vieux monastères abandonnés et landes désertes créent une atmosphère gothique. Son personnage joue sa vie sur un fil: celui de la folie mentale.

Même si l’intrigue médiévale ne m’a pas convaincue, j’ai aimé flirter avec le rêve du personnage principal.

Publicités

13 réflexions sur “La Maison sur le rivage de Daphné du Maurier

  1. Je tombe sur ton blog, je regarde tes articles et je vois Daphne du Maurier. Je commence a lire et je lis « auteur preferee » et la je me dis « ouiiiii une autre fan!!!! » J’adore aussi. Celui ci autant au depart le moyen age tout ca ca ne m’attirais pas plus que ca. Mais sa plume agit sur moi comme une baguette magique et presque tout ce qu’elle ecrit m’enchante pour une raison ou pour une autre meme si je reste objective (ou pas) et que j’ai mes preferences de livres d’elle.

    • Une autre fan! Cool! Je suis en train de tout lire de cette auteur. Mon dernier achat en date: Les oiseaux. J’ai aussi « La crique du français » qui m’attend…
      En tout cas, je serai ravie d’échanger avec toi sur cette auteur.

      • C’est reciproque! Oui j’aime moi aussi decouvrir des fans! Et j’essaye d’en « creer » aussi sur mon blog en bassinant les gens avec elle. Haha. Je n’ai pas encore lu les oiseaux ni la crique du francais. Mon dernier c’etait the loving spirit (je les lis en VO)/ la chaine d’amour?Lorsque je les trouve en charity shop, je suis toute excitee d’en rajouter un a ma collection. J’en ai encore 2 ou 3 qui m’attendent sagement + tous ceux que je n’ai pas encore trouve. As-tu lu des livres concernant sa vie?

      • Je n’en ai lu aucune mais il y a le « moi jeune » (je crois que c’est le titre) qu’elle a ecrit et aussi « les du maurier » qui parle evidement de sa famille que j’ai bien envie de lire aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s