M.Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit de Robin Sloan

M.Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit,

Publié aux éditions Michel Lafon,

2014, 343 pages,

Pour l’acheter: M.Pénombre, libraire ouvert jour et nuit

 

 

 

 

Quand Clay Jannon est embauché dans la librairie de l’étrange M. Pénombre, il découvre un lieu aussi insolite que son propriétaire, et fréquenté par les membres d’un drôle de club de lecture. Ceux-ci débarquent toujours en pleine nuit pour emprunter l’un des très poussiéreux volumes relégués au fond de la boutique. Volumes que M. Pénombre a formellement interdit à son nouvel employé de consulter. Clay finit pourtant par succomber à sa curiosité et découvre que ces livres sont tous écrits en code. Quelle obscure révélation renferment-ils? Cédant à l’appel du mystère, Clay s’attaque à « l’énigme du Fondateur » avec l’aide de son colocataire, de son meilleur ami et de son amoureuse, ingénieure prodige chez Google.
Les quatre amis se lancent alors dans une quête qui les mènera bien au-delà des murs de la petite librairie. De San Francisco à New York, ils se trouveront aux prises avec une société occulte d’érudits légèrement allumés, un codex indéchiffrable, un génial typographe du XVe siècle et, qui sait, le secret de l’immortalité…

C’est le titre du roman qui m’a d’abord plu, bien avant le résumé de la 4ème de couverture. Une intrigue qui se déroule dans le domaine des livres et plus particulièrement des librairies, je ne pouvais que succomber!

Au final, je suis assez mitigée. Certains aspects du roman m’ont emballée, d’autres m’ont véritablement déçue.

J’ai d’abord aimé l’ambiance du livre. Robin Sloan nous plonge dès les premières pages dans une librairie si ce n’est idéale, du moins rêvée. M.Pénombre tient une librairie d’occasion à San Francisco. Sa boutique est obscure et remplie de livres qui montent jusqu’au plafond. Clay, jeune informaticien alors au chômage, entre par hasard dans cette boutique étrange. M.Pénombre lui propose alors une place de libraire mais ses horaires sont on ne peut plus étranges. En effet, comme l’indique le titre du roman, cette librairie est ouverte jour et nuit et c’est bien sûr Clay qui est chargé d’ouvrir les lieux de 22h à 6h du matin.

Pendant « ses nuits », Clay ne voit guère de monde. Parfois, l’une des stripteaseuses du bar d’à côté vient lui acheter un bouquin mais le plus souvent Clay est seul avec lui-même. Il conçoit alors tout un arsenal publicitaire afin de développer la visibilité sur Internet de la librairie. Et puis, il y a ces fameux clients nocturnes qui viennent non pas acheter mais emprunter des romans spéciaux avec une certaines fébrilité. Un soir, Clay, trop curieux, ouvre l’un de ces ouvrages empruntés et il tombe sur d’étranges caractères. Et si les romans étaient codés? Que renferment-ils donc?

Clay se lance alors dans le décryptage de ces livres, avec succès d’ailleurs. L’intrigue démarre assez tardivement dans le roman et cette histoire de code aurait pu m’emballer. Ce fut le cas au début. Société secrète? Secte? Ou simples bibliophiles? Toutes les hypothèses traversent le lecteur quant à l’identité de ces personnages bizarres et loufoques qui viennent hanter la librairie la nuit. Mais, le tout retombe comme un soufflé. En effet, l’auteur Robin Sloan convoque un peu trop à mon goût Google et la technologie et c’est dommage car le roman perd de son charme et de son authenticité. Je suis peut-être un peu vieux jeu mais j’aime les intrigues à l’ancienne où le personnage transpire du neurone sur un code indéchiffrable. Malheureusement, la technologie vient rompre cette vision surannée. En quelques clics, Clay casse le code. On se doute alors de l’issue du roman et c’est bien dommage. Quant à la fin du roman, elle s’enfonce un peu trop dans l’univers « geek » pour moi et je n’ai pas tout saisi!

Quant aux autres personnages du roman, il m’ont apparu quasiment inexistants. Ils sont trop caricaturaux. Clay est entouré de personnages de série B: la jeune prodige sexy, l’artiste passionné, le copain plein aux as. Bref, son équipe de choc ne m’a pas fait voyager et tout reste trop attendu.

Malgré son titre accrocheur et un début prometteur, le roman ne parvient pas tout à fait à faire décoller son lecteur. L’intrigue retombe comme un soufflé. Les personnages manquent de profondeur et restent trop caricaturaux. Je ressors donc de cette lecture avec un avis plus que mitigée! Tout n’est pas non plus bon à jeter mais l’écriture de Robin Sloan manque encore un peu de maturité à mon goût.

Publicités

4 réflexions sur “M.Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit de Robin Sloan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s