Virginia Woolf, ouvrage collectif

 

Virginia Woolf, ouvrage collectif

Publié aux éditions du Magazine littéraire,

2012, 203 pages

Pour l’acheter: Virginia Woolf

 

 

 

 

 

 

Virginia Woolf affirme qu’elle ne serait jamais devenue écrivain si son père n’était pas mort quand elle avait 22 ans. La mort des proches comme une émancipation. On croit beaucoup de choses fausses à propos de Virginia Woolf (folie, frigidité) or, dans un monde où les femmes ont la parole, elle est l’une des premières féministes qui renouvelle le genre littéraire du roman. Woolf lectrice, éditrice, écrivaine envers et contre tout, cet ouvrage apporte une lecture inédite de son œuvre, regards croisés de personnalités féminines, qui rendent l’auteur plus proche de nous et plus rebelle encore.
Virginia Woolf est le neuvième auteur du genre féminin, à entrer dans la Pléiade en avril 2012.

 

Dans cet ouvrage collectif, des écrivains mais aussi des universitaires se proposent de revenir sur la vie et l’œuvre de Virginia Woolf. Publié aux éditions du Magazine Littéraire, ce livre revient sur des éléments biographiques précis mais contient aussi des analyses d’œuvres écrites par Virginia à travers 24 articles.

L’ouvrage se divise en 3 grandes catégories: la vie de Virginia, son ancrage dans son époque, l’analyse de ses œuvres. Si la dernière partie est peut-être la plus difficile à saisir parce qu’il faut avoir lu les livres de Virginia, les deux premières sont passionnantes. En effet, chaque écrivain ou universitaire donne son point de vue, son analyse sur ce qui a été dit de Virginia.

Dans la première partie, consacrée à sa vie, les auteurs de l’article s’appesantissent  tour à tour sur son enfance, ses débuts dans la vie littéraire, sa vie de femme et son suicide. Virginia est née dans une famille nombreuse. Elle perd sa mère à l’âge de 13 ans et fait une première dépression. Elle est élevée par un père qui lui laisse accès à sa bibliothèque et c’est grâce aux livres qu’elle dévore, qu’elle va se construire une pensée, une culture. Virginia et sa sœur Vanessa n’iront pas à l’université car celle-ci n’est autorisée qu’aux hommes. Peu importe, Virginia est bien décidée à étudier, à se cultiver et surtout à écrire. Un peu plus tard, elle emménagera avec sa sœur et son frère Adrian à Londres. La chose est scandaleuse à l’époque car ils n’ont pas de chaperon! Ils fonderont un club où des peintres, des penseurs, des écrivains se réuniront pour parler d’art, de littérature et de sexualité! En effet, Virginia avait un esprit ouvert et curieux et sentait qu’il était de sa génération de faire changer les choses.

Plus tard, encouragée par son époux Léonard, elle se mettra à écrire et connaîtra le succès. Les deux époux fonderont la célèbre Hogarth Press, publieront T.S Eliot mais refuseront le Ulysse de Joyce!! Loin de l’image de la femme hystérique ou complètement folle que les médias ont peut-être parfois véhiculé, Virginia était une femme certes fragile et malade mais consciente de son état. Et c’est toujours consciente de la folie qui la guette qu’elle décide de se suicider dans la rivière Ouse en 1941.

Les auteurs des articles tissent chacun à leur manière une petite partie de la vie de Virginia et la font apparaître comme une femme fragile et forte à la fois, libre, entêtée mais surtout géniale! Elle a du génie dans son écriture, bien sûr, puisqu’elle invente une certaine manière de dire le monde. Elle a du génie dans la manière d’aborder les choses et de voir que la société anglaise se  sclérose. Elle n’hésite pas à encourager l’impressionnisme, à prendre partie pour l’éducation des femmes. La deuxième partie du livre nous offre la vision d’une femme moderne, curieuse de tout.

La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse aux ouvrages de Virginia Woolf. Les articles rendent hommage à son talent, à son génie mais m’ont apparu parfois obscurs et trop techniques. Le jargon universitaire de certains auteurs est employé à toutes les sauces et rendent parfois les propos incompréhensibles.

Cette étude sur Virginia Woolf reste cependant très intéressante et stimulante. A noter en fin d’ouvrage, une biographie synthétique mais très fidèle et une bibliographie très enrichie.

Pour en savoir plus, je vous conseille la lecture de la superbe biographie sur Virginia Woolf écrite par Viviane Forrester que j’ai d’ailleurs chroniquée.

Publicités

3 réflexions sur “Virginia Woolf, ouvrage collectif

  1. Pingback: Articles sur Virginia Woolf | carolivre

  2. Je compte d’abord lire les nombreux livres de et sur Virginia Woolf qui m’attendent avant de craquer pour celui-ci, il semble très intéressant. Pour les biographies, j’avais eu du mal avec celle de Viviane Forrester en ce qui me concerne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s