Les St. Charles de Molly Keane

  Les St. Charles de Molly Keane,

  Publié à La petite vermillon,

  2014, 388 pages,

  Pour l’acheter: Les St.Charles

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire des St Charles est celle d’une famille anglo-irlandaise, noble mais ruinée, vivant dans un mélange d’élégance et de décrépitude, et qui refuse de prendre en compte les réalités contemporaines. La narratrice, Aroon, est la fille de la maison. Mal aimée par sa mère, éperdue d’admiration pour son père, elle passera toute sa vie à Temple Alice, et finira par devenir une vieille fille dure, oscillant entre la nostalgie et la violence intérieure.
Derrière le monde de rêve et de bonnes manières que décrit Aroon, le lecteur devine la vérité des passions tragi-comiques qui détruisent les St. Charles.

 

Je connaissais déjà Molly Keane à travers son magnifique roman Et La vague les emporta. J’aime son style, ses intrigues, ses personnages. Elle critique la bonne société anglaise et irlandaise du début du 20ème siècle avec beaucoup d’objectivité et de cruauté. Dans son roman Les St. Charles, elle ne déroge pas à la règle.

Elle situe son roman en Irlande, dans une famille noble, les St. Charles. La famille occupe une vaste maison où les domestiques s’activent toute la journée. Le père est major dans l’armée. Il passe son temps à cheval pour chasser, pour parier. La mère est quand à elle toujours occupée par son jardin ou ses horribles peintures. Il y a enfin les deux enfants: Hubert et Aroon, la fille de la maison.

Aroon est la narratrice du roman. Elle apparaît comme une jeune femme peu sûre d’elle, renfermée, timide. En outre, elle est ronde, reproche à demi-voilé répété inlassablement par sa mère qui la condamne d’office à rester vieille fille. Comment s’affirmer dans cette famille avec un père plus préoccupé par ses chevaux que par sa femme et un fils beau, intelligent, ambitieux?

A travers ce roman, Molly Keane peint le quotidien d’une famille noble mais complètement désargentée et au bord de la ruine. Seule Aroon semble prendre conscience de la décrépitude qui guette sa famille. Ses parents font comme si de rien n’était: bals, dépenses fastueuses, gages des domestiques, rien n’arrête leur train de vie. Sa mère passe son temps à cacher les factures dans un tiroir pour ne pas voir la réalité des choses. La guerre de 14-18 va alors tout changer. Le père d’Aroon est mobilisé et reviendra avec une jambe amputée. Le faste de la famille semble alors s’écrouler.

J’aime particulièrement la façon dont Molly Keane dépeint l’envers du décor. Sous le vernis des bonnes manières, il y a la tromperie, le mépris, le déni. Et que dire des sentiments qui doivent être tus en toute circonstance? Dans la famille d’Aroon, il est malvenu de montrer son chagrin et ses larmes. Quand Aroon apprend le décès de son frère, les seuls mots de son père qui lit le télégramme seront: « je crois qu’il s’agit d’une mauvaise nouvelle ». Aucun mot, aucune geste ne viendra réconforter Aroon. Seules les apparences comptent. Et que dire de cette mère volatile, à côté de la plaque qui méprise profondément sa fille, qui se réjouit de l’infidélité de son mari et qui préfère parler à ses plantes?

Aroon va alors se construire une vie, s’inventer des amours et un avenir. Sa candeur, ses espoirs m’ont profondément émue car au fond, le lecteur sait parfaitement qu’elle se leurre et qu’elle finira seule, comme ses parents l’ont décidé. C’est un personnage fragile qui va se révéler au fil des pages. Si son innocence et sa méconnaissance des choses de la vie peuvent faire sourire, elle n’apparaît pas moins comme une femme qui va gagner son indépendance et sa liberté.

A travers ce roman, Molly Keane dépeint le destin d’une famille sur le déclin: magnifique, magistral.

Publicités

Une réflexion sur “Les St. Charles de Molly Keane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s