Northanger Abbey de Jane Austen

  Nothanger Abbey de Jane Austen,

  édition Archipoche,

  2011, 355 pages,

  Pour l’acheter: Nothanger Abbey

 

 

 

 

 

Une jeune provinciale de bonne famille est envoyée à Bath, prendre les eaux, pour faire son apprentissage du monde et des intermittences du cœur. L’héroïne se retrouve égarée au milieu de conjonctures qui la rabaissent aux yeux du lecteur. En toute occasion, elle se comporte en référence à son livre de chevet, ‘Les mystères d’Udolphe’ de Mrs Radcliffe.

J’ai eu la chance de recevoir pour mon anniversaire les deux tomes consacrés à Jane Austen dans la prestigieuse édition de la Pléiade. Le premier tome rassemble des œuvres connues comme Orgueil et préjugés mais aussi des œuvres de jeunesse.  J’ai donc commencé par le commencement et ce 1er tome débute par Nothanger Abbey.

Ce fut une totale découverte pour moi. Les seuls éléments que je connaissais à propos de ce roman portaient sur son caractère gothique dont Jane Austen se moque allégrement. Je ne connaissais rien à l’intrigue ou aux personnages et j’avoue avoir été conquise.

L’intrigue débute avec Catherine Morland. Elle est issue d’une famille nombreuse et modeste mais tout à fait respectable. Son parrain Mr Allen lui propose de l’accompagner en vacances à Bath. Ce sera l’occasion pour Catherine de tenir compagnie à Mrs Allen et de se divertir un peu. On suit donc Catherine dans son voyage à Bath. Une fois installée, elle accompagne Mrs Allen en ville ou dans les lieux publics où toute la bonne société se retrouve. Mrs Allen se plaint sans cesse de ne connaître personne et d’être seule à Bath mais bientôt les deux femmes font la connaissance d’Isabella Thorpe et de son frère. C’est le début d’une amitié entre Isabella et Catherine.

Ce qui surprend le plus dans ce roman, c’est l’extrême naïveté de Catherine. Elle apparaît dénuée de tout sens critique et de méchanceté à l’encontre de ceux qui l’entourent. Isabella devient bien vite son amie mais Catherine ne se rend en aucun compte qu’il s’agit d’une grande manipulatrice et séductrice. L’auteur prend un mal et un plaisir à jouer avec son héroïne en la mettant aux prises avec cette Isabella qui récite de beaux discours et de belles promesses mais qui ne tient jamais sa parole. Catherine lui trouve sans cesse des excuses afin de la disculper.

Le roman devient vraiment très drôle lorsque le frère d’Isabella s’en mêle. Il s’agit d’un garçon mal dégrossi, impoli qui tombe bien vite amoureux de Catherine et qui tente de la séduire en lui parlant de chiens de chasse et de chevaux. Fanfaron, menteur et maladroit, il passe vraiment pour l’imbécile de service. Catherine s’en rend vite compte cette fois-ci et cherche à tous prix à l’éviter. Elle l’esquive sans cesse lors des bals et c’est un plaisir de voir enfin notre héroïne sortir de sa réserve habituelle.

Au fur et à mesure, Catherine va en effet gagner en maturité et en confiance. En somme, Jane Austen nous livre ici une sorte de roman d’apprentissage car Catherine a du mal à se confronter à la réalité. Elle souhaiterait que sa vie se déroule comme dans les livres. Catherine lit beaucoup de romans en effet. Elle se passionne pour Le Château d’Udolphe d’Anne Radcliffe, un roman gothique très à la mode à l’époque. Jane Austen se moque d’ailleurs de ces lectures qui ne comportent que châteaux hantés et jeune filles effarouchées. Elle s’en moque mais en fait à la fois l’apologie car Northanger Abbey est avant tout une ode à la lecture. Tout au long de ce roman, Jane Austen n’oublie pas que Catherine reste son personnage et qu’elle peut en faire ce qu’elle veut. Elle le rappelle sans cesse au lecteur en émettant toutes sortes d’hypothèses avec ces mots: « Notre héroïne aurait pu…« .

Même si l’extrême naïveté de Catherine a parfois de quoi décontenancer ou agacer le lecteur, j’ai adoré me plonger dans ce roman plein d’humour et d’auto-dérision. Une fois de plus la plume de Jane Austen a su faire mouche.

Publicités

6 réflexions sur “Northanger Abbey de Jane Austen

  1. je ne l’ai pas encore lu celui-ci, juste vu une adapatation BBC qui m’a beaucoup plus. Ton avis confirme ce que j’avais pensé du téléfilm, je sens que ça va être du grand Austen !

  2. Pingback: Bilan du mois: Août 2014 | carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s