Morituri te salutant de Danila Comastri Montanari

   Morituri te salutant de Danila Comastri Montanari,

   Éditions 10/18, collection « Grands détectives »,

   2004, 283 pages,

   Pour l’acheter: Morituri te salutant

 

 

 

 

 

A Rome, en 45 après J.-C., le gladiateur Chélidon, champion de l’arène, s’effondre au beau milieu d’un combat, victime d’une mort inexplicable. L’affaire menace le fragile équilibre du pouvoir car la plèbe gronde et soupçonne les jeux d’être truqués. L’empereur Claude charge alors le sénateur Publius Aurélius Statius de l’enquête tandis qu’en coulisses les crimes de gladiateurs se multiplient. Sur son chemin, il trouve la sulfureuse Nisa, reine des nuits romaines et célèbre actrice de pantomime. Du sable de l’arène aux ors du pouvoir, il n’y a qu’un pas qu’Aurélius devra franchir à ses risques et périls.

C’est grâce à Troczone que j’ai reçu ce livre d’occasion. Il dormait dans ma PAL depuis un petit moment. J’avais envie d’un roman historique, c’était donc l’occasion rêvée. Morituri te salutant est le deuxième tome d’une saga consacrée au personnage Aurélius Publius. Chaque roman peut se lire de manière indépendante car il contient à chaque fois une intrigue développée en entier. J’avais lu le premier tome de la saga intitulé Cave Canem. Je l’avais emprunté à l’époque à une amie et j’avais plutôt aimé ma lecture.

Dans ce deuxième tome, nous retrouvons donc Aurélius Publius, patricien respecté et populaire à Rome. Lors de jeux de gladiateurs, il assiste à la mort de l’un d’eux, Chélidon. Rien de bien extraordinaire si ce n’est que Chélidon semble avoir succombé à un empoisonnement. Claude, l’empereur, confie à Aurélius la mission d’enquêter sur ce meurtre.

La mission ne semble pas facile. Aurélius doit d’abord enquêter dans le milieu très fermé des gladiateurs. La loi du silence semble régner mais les langues se délient peu à peu. Aurélius constate que Chélidon était aussi craint que jalousé. Le patricien devra également s’introduire dans la sphère du théâtre de mime puisqu’il croisera la route de la belle et mystérieuse Nisa. Pour arriver à mener sa tâche à bien, il pourra compter sur son fidèle affranchi Castor, aussi débrouillard que filou. 

J’avoue tout de suite que l’intrigue du roman n’est pas passionnante. Ce n’est pas, en tout cas, ce qui a retenu mon attention. On s’apercevra d’ailleurs bien vite qu’elle est assez « basique »: les coupables ne resteront pas longtemps impunis. L’intrigue a même plutôt tendance à embrouiller le lecteur. Il faut suivre Aurélius dans son enquête et retenir tous les noms et surnoms des personnages. Pas facile de s’y retrouver!

Ce qui sauve le roman selon moi, c’est avant tout le développement historique fouillé et précis. L’auteur est historienne. Elle maîtrise parfaitement son sujet et cela se voit. J’ai adoré la mise en scène de la vie à Rome sous l’Empire. Certes, j’ai fait du latin pendant très longtemps. J’ai une petite culture romaine et grecque ce qui m’a facilité la tâche. En effet, pas évident pour un néophyte de s’y retrouver dans les noms latins laissés tels quels dans le roman, de comprendre les mœurs et coutumes des romains à l’époque comme le système de la sportula. Bien heureusement, l’auteur a glissé à la fin du roman tout un lexique et « une visite guidée » de la vie à Rome sous l’Empire.

Pour ma part, cette lecture a permis de réactiver mes connaissances sur la vie des romains et c’est peut être ce qui m’a le plus plu au fond. J’ai découvert également la vie des gladiateurs côtés coulisses: entraînements, repas, rivalités. Tout est très bien rapporté et détaillé.

Morituri te salutant est donc une lecture que je conseillerais aux lecteurs qui possèdent déjà quelques notions en matière d’histoire de la vie romaine ou à tous ceux qui souhaiteraient se lancer dans une lecture un peu plus « culturelle ». Dans le même registre, j’avais adoré les romans de Cristina Rodriguez qui pour le coup sont plus accessibles et dont les intrigues sont plus intéressantes en termes de rebondissements.

Morituri te salutant m’a au moins fait passer un bon moment et m’a permis une fois de plus de m’enrichir sur le plan culturel.

Au fait, le titre Morituri te salutant signifie en latin « ceux qui vont mourir te saluent » et fait bien sûr référence aux gladiateurs entrant dans l’arène pour saluer l’empereur!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s