Kinderzimmer de Valentine Goby

   Kinderzimmer de Valentine Goby,

   Publié aux éditions Actes sud,

   2013, 224 pages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

“Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
– Je ne sais pas.
– Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
Mila se retourne :
– Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
– La même chose que toi. Une raison de vivre.”

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.

Attention, ce roman est un vrai coup de poing, une claque qui ne laisse pas indemne son lecteur. C’est sur les conseils de mon libraire que j’ai acheté et dévoré ce roman mettant en scène Mila, une déportée dans le camp de Ravensbrück.

Comme tant d’autres, Mila est déportée dans ce camp de travail qui ne comporte que des femmes. Mila, qui faisait passer des messages politiques, a été dénoncée. C’est d’abord l’interminable voyage en train durant lequel de nombreuses femmes meurent, étouffées, assoiffées, desséchées puis l’arrivée au camp.

L’auteur décrit avec précision la vie au quotidien de ces prisonnières. Le tri à l’arrivée: les valides sont orientées vers les baraquements, les vieilles, les moins solides sont d’office éliminées.

C’est ensuite la découverte des lieux: les châlits dans lesquels les femmes s’entassent, la soupe trop claire qui ne nourrit pas mais rend malade, les odeurs obscènes de pourriture de corps humain. Valentine Goby ne nous épargne rien. Elle décrit le travail harassant, le lever aux aurores, les femmes qui stationnent debout dans la cour dès 4 heures du matin pour être comptées et recomptées jusqu’à ce qu’une d’entre elles tombe de fatigue et soit traînée comme un chien. La peur, la faim, la soif mais aussi l’instinct de survie qui rend les femmes cruelles parfois entre elles.

Et puis il y a l’histoire de Mila encore plus terrifiante que toutes les autres car en entrant dans le camp Mila le sait, elle est enceinte. Comment protéger le début de vie qu’elle porte en elle? Comment se sentir devenir mère dans ce camp qui nie la chair, qui nie l’humain, qui nie la vie? Que font les nazis de ces bébés nés dans les camps? A travers le récit de Mila, l’auteur nous dévoile un pan de l’histoire des camps mal connue: l’existence des Kinderzimmer, des sortes de pouponnières dans lesquelles les enfants nés dans le camp sont gardés. L’espérance de vie ne dépasse pas trois mois, en effet l’infirmière en chef préfère d’abord nourrir en priorité ses chatons avec le lait maternisé destiné aux bébés!

Les scènes que décrit Valentine Goby sont parfois insoutenables presque irréelles. La cruauté n’a pas de limites. Chaque enfant qui naît est condamné à court terme. Mila va tout faire pour sauver son enfant: le destin lui donnera un coup de pouce inattendu. Le bébé de Mila devient sa raison de vivre, un espoir dans les ténèbres, quelque chose à laquelle elle va s’accrocher de toutes ses forces.

En lisant ce roman, j’ai été émue, indignée, révoltée. J’ai parfois eu les larmes aux yeux, une boule dans la gorge en pensant à ces petits êtres condamnés à souffrir. Je me suis d’abord concentrée sur ces Kinderzimmer, antichambres de la mort. Et puis c’est drôle comme l’inconscient nous joue des tours: mon cerveau n’avait pas fait tilt mais Ravensbrück, le camp dans lequel se déroule l’histoire de Mila, est le même camp dans lequel ma grand-mère a été déportée. A travers le récit de Mila c’est un peu le récit de ma grand-mère que j’ai pu entrapercevoir. Les quelques bribes qu’elles a bien voulu nous confier sont là, dans ce roman: l’appel de 4 heures du matin, les robes numérotées, les châlits surchargés, la dysenterie, le sabotage dans les usines. La lecture fut donc d’autant plus forte pour moi.

Kinderzimmer est un roman qui résonne ainsi encore plus fort pour moi, qui touche ma chair et mon cœur. Une lecture qui ne laissera personne indifférent….

Publicités

5 réflexions sur “Kinderzimmer de Valentine Goby

  1. J’ai eu l’occasion de lire déjà beaucoup de livres sur la Seconde Guerre Mondiale et les camps, mais je dois reconnaître que celui-ci me fait très envie.
    Je ne savais pas du tout qu’il y avait des « Kinderzimmer ». J’imagine effectivement que c’est un livre profondément touchant et poignant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s