L’aube de la guerrière de Vanessa Terral

L’aube de la Guerrière de Vanessa Terral,

Publié aux éditions du Chat Noir,

2012, 280 pages.

 

 

 

 

 

 

 

 

À peine décédée, Solange est envoyée à l’armurerie divine. Le Livre de saint Pierre a parlé: guerrière par prédisposition naturelle, mais ange sans grande valeur, elle ne sera d’aucune utilité dans la guerre qui oppose les siens aux démons. Autant l’employer dans les Fosses, ces lieux dispersés dans les plans qui ont pour point commun d’abriter les Larves et autres créatures de cauchemar. Lesquelles ont une fâcheuse tendance à fuguer…
Un job qui n’a rien de bien intéressant – à part une meilleure connaissance des différents types d’effluves méphitiques – jusqu’à ce qu’elle découvre que les démons aussi envoient des guerriers dératiser les abords des Fosses. Dont Terrence et Aghilas… ce dernier possédant le même Don qu’elle, un pouvoir très rare visiblement: le Feu des Ténèbres.

 

Je me suis réjouis de découvrir ce roman car j’avais complètement adhéré à la plume de Vanessa Terral, découverte dans le recueil de nouvelles Le Lamento des Ombres. Dans sa nouvelle « Les Flûtes enchantées », j’ai découvert une auteure pleine de talent: son écriture y était fine et très drôle en même temps. Malheureusement, j’ai vite déchanté avec L’aube de la guerrière à tel point que j’ai eu du mal à lire et à finir ce roman.

L’intrigue de départ est pourtant bonne et avait tout pour me séduire. Solange est décédée subitement dans un accident de la route. Elle se retrouve, à sa plus grand surprise, au paradis. En effet, elle devenue un ange et pas n’importe quel ange. Sa mission est de combattre des larves qui tentent de s’infiltrer dans le monde de vivants pour y semer la peur et le chaos. Solange est également dotée d’un pouvoir rare: elle maîtrise la lumière des ténèbres. Or, lors d’une de ses missions, elle tombe nez à nez avec un duo de démons: Terrence et Aghilas. Ce dernier possède lui aussi le don des ténèbres. Le duo démoniaque apprend à Solange qu’elle aurait dû être depuis longtemps éliminée par ses pairs et qu’elle est dotée d’une autre mission, encore plus importante…

L’idée de départ m’a donc paru bonne: une fois de plus anges et démons se confrontent. L’auteur place ses personnages dans une mythologie chrétienne assez bien maîtrisée et joue avec les codes du genre. Solange est un « ange » et paraît d’ailleurs bien angélique à ses débuts. Cependant, elle se rend vite compte par elle-même qu’elle possède un don qui n’est pas commun parmi les siens. Elle devient vite une sorte de paria dont il faut se débarrasser. Elle s’entoure, bien malgré elle, du duo démoniaque qui joue passablement avec ses nerfs. Si j’ai aimé Terrence, décrit comme un dandy sans scrupules, séduisant et entêté, j’ai beaucoup moins apprécié Aghilas qui entre dans le stéréotype du beau mec inaccessible, blindé sentimentalement, cachant un très lourd passé. On connaît la suite.

Quant à Solange, elle apparaît au début du livre un peu naïve mais se révèle finalement plus forte qu’elle ne paraît. J’ai cependant été chagrinée par deux, trois petites choses la concernant. Solange est une fille qui apparaît plutôt comme quelqu’un de calme, de posé. Elle cherche avant tout à savoir pourquoi elle a rejoint le paradis aussi vite et dans des circonstances étranges. Mais parfois Solange « pète un câble » et devient d’une vulgarité atterrante! J’ai été presque choquée de voir qu’elle changeait totalement de comportement en deux lignes et j’avoue avoir trouvé cela très bizarre! En une phrase, elle est capable d’enchaîner dix obscénités puis de redevenir un ange tout à fait calme. J’ai eu une impression de schizophrénie.

Je n’ai pas non plus adhéré à sa relation avec le duo démoniaque. Une fois de plus, l’auteur nous offre un jeu du chat et de la souris en bonne et due forme. Aucune surprise de ce côté-là tant j’ai lu et relu de livres mettant en scène ce genre de trio.

Enfin, ce qui m’a le plus dérangé c’est l’intrigue en elle-même. Sans en dévoiler trop, on passe d’une guerre ange/démons à une guerre anges/tribu celtique. L’auteur a certes des connaissances en matière de mythologie mais elle mélange beaucoup trop de choses à mon goût et cela m’a vraiment désorientée! Je n’ai pas non plus aimé ce concept de « larves » faisant plusieurs étages de haut et qu’il faut zigouiller à grands renforts d’explosions. En fait, j’imaginais les Power rangers se battant contre les genres de monstres débiles qu’on voit à chaque épisode. Les scènes de combat deviennent carrément absurdes et parfois ridicules.

Bref, si la plume de l’auteur m’a convaincue, je n’ai pas adhéré à l’intrigue trop morcelée et trop faiblarde. Les personnages ne m’ont pas plu non plus! C’est raté pour cette fois et c’est vraiment dommage car j’en attendais beaucoup.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s