De L’autre côté du mur d’Agnès Marot

De L’autre côté du mur d’Agnès Marot,

Publié aux éditions du Chat noir,

2013, 308 pages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Sibel qui se consacre entièrement à la danse, le quotidien est un perpétuel ballet. Pourtant, tout bascule le jour où son lien à l’Art est coupé : on l’isole de ses sœurs, on lui refuse l’existence qu’elle aime tant dans cette communauté composée exclusivement de femmes. En tâtonnant pour retrouver tout ce qu’elle a perdu, elle entend des rumeurs, découvre des secrets propres à bouleverser sa conception du monde.
Mais alors, si la vie n’est qu’un immense théâtre, pour qui Sibel danse-t-elle ? Et surtout, que se trame-t-il en coulisse ?
Peut-être cet étranger au sourire narquois qui se définit comme un « homme » et ne lui parle que de Science pourra-t-il lui apporter des réponses. L’aidera-t-il à franchir l’enceinte qui délimite l’univers qu’elle a toujours connu ? Découvrez le mystère qui se cache là-bas, de l’autre côté du mur…

 

Mon amie Cécile Duquenne du blog SFFF m’avait parlé il y a quelques temps de ce roman. Et puis, les éditions du Chat noir sont passées par là avec le lancement du préquelle Notes pour un monde meilleur. Il fallait donc bien que je succombe à l’achat compulsif en lisant d’abord De l’autre côté du mur avant d’attaquer le nouvel opus de l’auteur. A l’issue de ma lecture, je peux dire que je reste mitigée et que j’en attendais plus.

L’intrigue met d’abord du temps avant de vraiment se mettre en marche. Pour moi c’est là que le bât blesse. Je me suis parfois ennuyée, surtout au début du roman. Sibel est une danseuse dans un monde de femmes consacré à l’Art. Dans cet univers, les contacts physiques sont proscrits. Les jeunes filles doivent se consacrer entièrement à leur Art. Un jour, l’une des filles touche Sibel d’une manière délibérée. C’est l’exclusion du groupe! Sibel est d’abord mise à l’écart, rejetée, désignée comme proscrite. Puis un soir, elle assiste à une scène qu’elle n’aurait jamais dû voir. Sibel est définitivement écartée du monde des Arts. Elle va pénétrer dans un lieu appelé « les coulisses » et elle va commencer à se poser des questions. Grâce à l’un des personnages qu’elle rencontre Sibel va se demander ce qu’il y a justement de l’autre côté du mur. Le principe du monde dystopique n’est à mon goût pas assez développée par l’auteur. Pour moi, les choses évoluent avec trop de lenteur au début du roman. Sibel est rejetée par sa caste et découvre l’existence d’un monde « à côté » du sien. J’aurais aimé en apprendre plus. La description de ce monde parallèle reste trop superficiel et j’aurais aimé plus de détails. 

L’auteur s’attarde trop sur les états d’âme de Sibel ce qui fait perdre de la profondeur au récit. Je m’aperçois, au fil de mes lectures, que la narration à la première personne du singulier n’est pas celle que je préfère. Les personnages ont tendance à trop s’épancher et à en faire des tonnes. Dans ce roman, Sibel découvre un tout nouveau monde et surtout des sentiments confus naissent en elle. Elle va remettre en cause sa vision du monde. Il est donc normal qu’elle se questionne et tergiverse. Cependant, c’est parfois un poil trop pour moi. J’aurais préféré que l’adolescente réfléchisse davantage aux implications et aux conséquences d’un tel monde. Ses sentiments naissants l’en empêchent parfois et c’est dommage car le texte aurait gagné en profondeur.

J’ai finalement particulièrement apprécié la vision du monde que nous offre l’auteur avec l’Art opposé à la technique. Agnès Marot exploite un vieux mythe qui veut que le monde soit un théâtre dans lequel l’homme évolue et joue la comédie de la vie. Ce leitmotiv a d’ailleurs été développée par Caldéron, Shakespeare ou encore Balzac dans La Comédie humaine. C’est assez bien joué de la part d’Agnès Marot et traité avec intelligence. Sibel va trouver « les coulisses » de ce monde et son étonnement (comme celui du lecteur) sera grand!

De L’autre côté du mur aurait pu me plaire à 100%. Malheureusement je reste mitigée à l’issue de ma lecture. L’intrigue met beaucoup trop de temps à démarrer et surtout j’aurais aimé avoir plus de détails sur le monde dystopique dans lequel évolue Sibel. En revanche, j’ai beaucoup apprécié la vision mythique que l’auteur offre à son lecteur. J’espère que le préquelle du roman nous en révélera plus sur les origines du monde inventé par Agnès Marot.

Publicités

4 réflexions sur “De L’autre côté du mur d’Agnès Marot

  1. Pingback: Notes pour un monde meilleur d’Agnès Marot | Carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s