La Fille du train de Paula Hawkins

 

 

 

La Fille du train de Paul Hawkins,

Publié aux éditions Sonatine,

2015, 378 pages.

 

 

 

 

 

 

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

 

Vous n’avez pas pu décemment passer à côté de ce thriller qui cartonne depuis la rentrée littéraire. Des millions d’exemplaires vendus et une adaptation cinématographique en vue! Bref, le genre de page-turner qui vous fait vous coucher à pas d’heure! J’avais vraiment envie de le lire et c’est mon amie Anne qui a eu la gentillesse de me le prêter. Au final, j’ai aimé mais ce n’est pas un coup de cœur. J’en attendais peut-être beaucoup, peut-être trop, …

L’intrigue de départ est bonne et originale. Rachel, la trentaine, effectue tous les jours le même trajet en train. Elle passe devant les mêmes maisons chaque matin et chaque soir. Elle se prend à imaginer ainsi la vie d’un couple qu’elle devine derrière les vitres de leur maison. Elle les appelle même Jess et Jason, leur invente une vie idéale, rêvée. Un jour, la mécanique se grippe puisque Rachel aperçoit « sa » Jess avec un autre homme! Le lendemain, elle apprend dans les journaux que Jess, de son vrai nom Megan, a disparu. Rachel se rend alors à la police pour témoigner. L’enquête démarre…

Là où l’auteur est très forte c’est sur l’originalité de son thème. Rachel aperçoit une vie qu’elle s’invente, qu’elle fantasme. Qui ne s’est jamais imaginé la vie des autres aperçue à travers les rideaux d’une fenêtre? Cette scène du couple idéal s’écroule le jour où Rachel se rend compte que Jess/Megan trompe son mari. L’auteur est encore plus forte car elle fait de Rachel une fille complètement paumée. En effet, Rachel a divorcé de Tom il y a quatre ans. ce dernier a refait sa vie et a eu une petite fille avec Anna. Rachel a depuis sombré dans l’alcoolisme le plus total. Elle a de plus été virée de son boulot et fait croire tous les matins à sa coloc qu’elle se rend à La City pour travailler! C’est un témoin pas du tout crédible qui se présente au poste de police. Non seulement Rachel est souvent alcoolisée mais en plus elle harcèle son ex-mari! Elle n’a rien d’une héroïne. Quand elle tente de s’en sortir, c’est pour tomber encore plus bas. On a envie de la porter à bout de bras mais on se rend vite compte que la cause de Rachel est perdue d’avance.

Avec la disparition de Jess/Megan, Rachel va enfin trouver un but à sa vie. Elle se jette à corps perdu dans cette enquête. L’intrigue devient parfois longuette et laborieuse à l’image d’une Rachel qui va de gueule de bois en gueule de bois. C’est peut-être le point négatif du roman. Il y a quelques longueurs qui font qu’on a l’impression de faire du surplace. Il y a quand même quelque chose d’irrésistible dans ce que nous livre Rachel: elle pénètre dans l’intimité des gens et nous livre un peu de leur vie privée, alimentant notre désir de voyeurisme que la morale veut nous faire taire. Rachel c’est celle qui a tous les défauts, qui fait toutes les erreurs et qui, par un effet de catharsis, nous fait du bien.

J’ai quand même trouvé l’identité du coupable avant qu’elle ne soit dévoilée à la fin du roman mais je vous avoue m’être trituré les méninges et avoir échafaudé quelques plans!

La Fille du train reste un thriller original qui mérité d’être lu. Pas un coup de cœur pour moi mais un très bon moment de lecture.

Publicités

8 réflexions sur “La Fille du train de Paula Hawkins

  1. J’ai parcouru ton billet en diagonale parce que je suis en train de le lire 🙂 j’ai beaucoup de mal à rentrer dans le roman pour le moment… J’espère que ce petit problème va vite s’arranger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s