L’Héritage des Rois-passeurs de Manon Fargetton

 

L’Héritage des Rois-passeurs de Manon Fargetton,

Publié aux éditions Bragelonne,

2015, 376 pages.

La dernière héritière d’une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l’éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d’Ombre. Voici l’histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d’Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

J’ai eu la chance de rencontrer Manon Fargetton au dernier salon du livre de Fuveau. Cette jeune femme dynamique met tout de suite à l’aise son futur lecteur en parlant de ses romans avec passion. Je ne connaissais pas du tout sa plume. C’était donc l’occasion de découvrir son talent, car elle en a beaucoup. Mon choix s’est porté sur l’unique tome des Rois-Passeurs, un roman fantasy bien inspiré qui m’a énormément plu.

L’Héritage des Rois-passeurs met en place deux mondes. Coté pile, il y a Rive, notre monde à nous dans lequel évolue les humains. Côté Face, il y a Ombre, un monde qu’on pourrait qualifier de fantastique dans lequel les dragons et les vouivres côtoient les hommes du pays d’Astria. L’intrigue débute à Rive. Enora rejoint son jumeau Erwan, en Bretagne, pour y célébrer ses vingt ans. Elle y retrouve toute sa famille dont sa chère grand-mère Morgane, un peu magicienne sur les bords. Mais la fête va virer au cauchemar quand des hommes armés pénètrent dans la propriété et massacrent tout le monde, sauf…Enora. Cette dernière est miraculeusement sauvée par deux jeunes inconnus qui lui en révèlent plus sur son passé. Elle fait partie d’une famille de « passeurs« . Ces derniers ont la faculté d’aller et venir d’un monde à l’autre c’est à dire de Rive en Ombre et vice-versa. Enora, avec ses deux sauveurs, se rend donc en Ombre pour éclaircir le mystère sur son passé et se venger.

A Ombre, il y a Ravenn. Au début du récit, c’est une chasseuse de dragons qui appartient à un clan de nomades. Un jour Ravenn reçoit une lettre. Elle doit se rendre à Astria car sa mère se meurt. Or Ravenn est l’héritière du royaume d’Astria. On comprendra un peu plus tard dans quelles conditions elle a fui sa cité. Face aux complots qui se déchaînent contre elle, Ravenn va croiser le chemin d’Enora…

Manon Fargetton réussit un roman dans lequel la fantasy apporte une touche de merveilleux sans en faire des tonnes. Elle met davantage l’accent sur le côté politique et historique de son intrigue donnant un petit côté « Game Of Thrones » à son livre. En effet, j’ai apprécié que la fantasy soit reléguée au second plan. Elle n’est qu’un prétexte pour amener des réflexions plus complexes sur la place du pouvoir ou l’importance de la femme dans la société. On se prend aux jeux des intrigues de cour dont Ravenn est le centre. Au-delà d’une simple vengeance, c’est l’avenir de tout un royaume qui en jeu.

D’autre part, l’auteur donne une vraie personnalité à ses personnages. Elle réussit à leur donner une épaisseur, une présence intéressante. On s’attache bien sûr rapidement à Ravenn et Enora qui sont le miroir l’une de l’autre. Ce sont deux femmes superbes, aux caractère bien trempé qu’on pourrait facilement qualifier de « garçon manqué ». L’auteur prend son lecteur à contre-pied dans ses habitudes de lecture avec deux héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux sur le plan des sentiments. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous spoiler. Les deux filles ont aussi un côté agaçant parfois qui renforce leur personnalité.  Les personnages secondaires sont eux aussi traités avec déférence et apportent beaucoup au récit.

Quant à l’intrigue, on imagine sans mal cette cité d’Astria à la fois ancrée dans le sol et tellement aérienne. Les capes dorées des magiciens côtoient les tenues des clercs et du peuple. C’est une foule bigarrée et hétérogène qui nous ouvre ses bras. L’intrigue ne laisse aucun temps mort à l’image d’Enora et de Ravenn qui foncent tête baissée dans l’action.

Le seul petit bémol que j’apporterais concernerait justement la complexité du monde développé par l’auteur. Je ne suis pas fan des sagas mais pour le coup,  l’intrigue en deux tomes aurait pu permettre de développer certains concepts qui sont trop rapidement esquissés alors qu’ils demeurent intéressants à tous points de vue.

L’Héritage des Rois-passeurs est un roman qui m’a beaucoup plu. La plume de l’auteur, ses idées et surtout ses personnages m’ont enchantée. Manon Fargetton est une auteur prometteuse.

Publicités

6 réflexions sur “L’Héritage des Rois-passeurs de Manon Fargetton

  1. Tu as fait une excellente découverte, pas de doutes ; Manon Fargetton est une auteur que j’aime beaucoup et très accessible.
    Comme toi, j’aurais bien aimé plusieurs tomes ; j’ai eu un sentiment de trop peu en fermant le livre (^-^)

  2. Ce livre me donne envie depuis que je l’ai vu en librairie, et ton avis ne fait que me tenter davantage ! Le fait que tu mentionnes Game of Thrones est un plus, j’adore ces livres !
    Merci pour cette chronique, et bonnes lectures !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s