Les Hauts-Conteurs, Tome 3: Cœur de lune de Patrick Mc Spare et Oliver Peru

 

 

Les Hauts-Conteurs, Tome 3: Cœur de lune de Patrick MC Spare et Oliver Peru,

Publié aux éditions Pocket,

2013, 384 pages.

 

Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, en laissant de nombreux cadavres derrière lui. Quarante années plus tard, l’on murmure encore que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l’âme perdue de son bourreau. Happés par un tourbillon de folie et de sang, dans la chaleur torride de l’été germanique, les Haut-Conteurs, Roland Cœur-de-Lion et Mathilde la Patiente, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Qui est cette Bête Dévoreuse, hurlant à la Lune et coupable de tant d’atrocités ? Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques… Sous l’œil glacé de la pleine Lune, les évènements pourraient bien s’avérer fatals à nos héros… À Cœur de Lune, Cœur de Lion !

Ce tome 3 traînait dans ma PAL depuis presque deux ans! C’est dire! J’avais beaucoup aimé le premier tome des aventures des Hauts-Conteurs mais le deuxième m’avait laissé plus mitigée. C’est pour cela que je n’osais pas m’attaquer au troisième tome. Au final, c’est une bonne surprise. Les auteurs ont su renouer avec l’action et l’intrigue m’a beaucoup plu.

Ce que j’aime dans ces tomes c’est qu’on n’a nul besoin d’avoir une mémoire d’éléphant pour se souvenir de l’intrigue précédente. Chaque histoire est indépendante et pourrait presque se lire dans le désordre. Avec ce Tome 3, les auteurs nous entraînent d’abord à Dijon sur les traces d’un Haut-Conteur qui aurait trahi le clan. Dijon, c’est la ville dans laquelle j’ai fait mes études supérieures et la retrouver dans ce roman est un délice. J’imagine très bien nos héros déambuler dans les ruelles pavées et tortueuses du centre-ville.

Mais l’histoire ne va pas s’éterniser en Bourgogne. Bien vite, les Hauts-Conteurs sont sur une piste qui va les mener jusqu’en Forêt Noire près de Freiburg. Mathilde la Patiente, accompagnée de son élève Roland et de la jeune Elena sont sur le pied de guerre. Il semble que leur traître leur ait encore échappé. Peu importe, sur ces terres germaniques, ils vont être mêlés à une étrange affaire.

Les auteurs nous propulsent au cœur d’un royaume sombre et violent dont le roi Ravengen est un homme inculte, arrogant et brutal. Avec ses quatre fils, il règne sur le royaume et tient les villageois en respect. Cependant une légende s’attache aux pas des Ravengen qui apparaissent comme une famille Maudite. Bien vite, les Hauts-Conteurs s’aperçoivent qu’un loup immense, la Malebête, tue d’une manière horrible tous villageois traînant dans la forêt. Un mystérieux joueur de flûte accompagnerait l’animal. La petite troupe décide de mener l’enquête.

L’atmosphère est ici beaucoup plus sombre que dans les autres tomes parce que la violence prédomine. Il y a d’abord la famille Ravengen qui terrorise la population. Et puis il y a cette bête immonde et brutale qui déchire à proprement parler ses proies. Même si l’intrigue se déroule en plein été, l’ambiance du roman est propice au brouillard mystérieux et aux nuits sans lune.

Les auteurs réinterprètent dans ce tome le mythe de la bête du Gévaudan en la mâtinant de folklore germanique. J’ai vraiment aimé cette histoire de loup et de joueur de flûte mélangée à une légende familiale qui fait froid dans le dos.

Du côté des Hauts-Conteurs, Roland devient un élève accompli et dépasse presque son maître en adresse et en perspicacité. Mathilde reste une héroïne appréciable car elle a le rôle de guide pour Roland et s’acquitte de sa tâche avec sérieux et charisme. C’est aussi souvent elle qui apporte le côté humoristique ou malicieux dans l’intrigue.

L’intrigue quant à elle va justement très vite. Il n’y a aucun temps mort. Les actions s’enchaînent que ce soit des courses-poursuites, des combats ou des enquêtes dans de sombres souterrains. Le seul bémol serait pour la fin du roman qui reste ouverte. J’aurais aimé que les aventures des Hauts-Conteurs s’arrêtent pour s’ouvrir sur une nouvelle intrigue même si je comprends le besoin des auteurs de laisser l’histoire en suspens.

Ce troisième tome des Hauts-Conteurs est une bonne surprise. Les auteurs ont su renouer avec l’action et le suspens. L’intrigue sombre et violente donne une dimension plus intéressante à la série. Je gage que le quatrième tome sera aussi bon!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s