Harry Potter et l’enfant maudit

 

 

 

Harry Potter et L’enfant maudit,

D’après J.K Rowling,

Publié aux éditions Gallimard Jeunesse,

2016, 341 pages.

 

Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

De nombreux blogs ont déjà chroniqué, critiqué, commenté le dernier Harry Potter qui vient apporter une pierre de plus à l’édifice Potterrien bien que ce ne soit pas J.K Rowling qui l’ai écrite, on est bien d’accord. Je ne vais pas révolutionner la blogo avec mon avis mais je poste ça là, comme ça, on ne sait jamais.

D’abord, je vais commencer par dire que j’ai aimé ce bouquin tout simplement parce que c’est Harry et qu’on retrouve un peu de magie dans cette pièce. Les personnages ne sont pas si mal que ça. J’ai trouvé que les Harry, Ron, Hermione, Drago et Ginny sont assez fidèles à l’idée que je m’en faisais une fois devenus grands. Harry est toujours cet être torturé qui reste maladroit dans ses relations avec les autres; Hermione incarne bien la Miss-je-sais-tout que l’on connaît et la voir à un si haut poste du ministère de la magie lui va parfaitement bien.

Quant aux enfants des différents héros, j’ai aimé les découvrir. La relation Albus/Scorpius m’a d’abord paru étrange et puis finalement je me suis dit que oui, c’était pas mal de voir les choses évoluer ainsi.

Cependant (parce qu’il y a bien un bémol) au bazar, j’ai trouvé que l’ensemble était truffé de faiblesses scénaristiques. Les dialogues sont parfois un peu absurdes pour ne pas dire abscons. Certaine scènes m’ont aussi laissé perplexe. Il y a par exemple un souci de temps et de lieu lorsqu’Albus et Scorpius se retrouvent d’un coup propulsés en 1989. Je n’ai pas compris pourquoi on sautait subitement du coq à l’âne!! Bref, certains passages sont très très bizarres.

Pour en avoir discuté avec Cécile Duquenne, la reine du synopsis en béton, nous en avons conclu que certaines choses nous échappaient tout simplement parce que nous sommes au théâtre! Il s’agit ici d’une matière vivante. Les personnages font des choses qui ne sont pas toujours précisées dans les didascalies. C’est peut-être pour cela que certaines choses m’ont totalement échappées.

Si j’ai aimé me replonger dans l’atmosphère d’Harry Potter, j’ai été en revanche déçue par une intrigue tirée par les cheveux et un scénario faiblard. N’est pas J.K Rowling qui veut! 

Publicités

4 réflexions sur “Harry Potter et l’enfant maudit

  1. Nous avons un avis pas si différent, c’est chouette ! Il y a certaines choses que je n’ai pas trop comprises non plus, je suis même revenue plusieurs fois en arrière en me disant que j’avais loupé une page, mais non… Cela dit, on passe quand même un bon moment ! Et au théâtre, tout doit prendre un autre sens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s