Par la grâce des Sans Noms d’Esther Brassac

 

 

 

Par la grâce des Sans Noms d’Esther Brassac,

Publié aux éditions du Chat Noir,

2015, 476 pages.

 

Mars 1890.
Voilà près de vingt ans que la guerre franco-prussienne est terminée. Le canon hypersyntrophonique utilisé par Napoléon III a assuré une victoire retentissante au goût pourtant amer. Les retombées de l’arme monstrueuse ont causé des millions de morts à la surface de la Terre, détruisant également la faune par une lèpre incurable tandis que la végétation mourait peu à peu. Grâce à l’intelligence des scientifiques autant qu’au pouvoir des enchanteurs, un dôme de trois mille six cents kilomètres carrés a été construit, permettant de sauvegarder une zone du sud-ouest de la France, le Royaume garonnais.
Alors que tout espoir de voir la vie renaître au-delà de la frontière artificielle est perdu, des crimes en série abjects sont perpétrés dans la cité tolossayne. Le préfet charge un fin limier, Oksibure, spectre coincé entre le monde des vivants et celui des morts, de résoudre cette terrible affaire.
Au même moment, Aldebrand loue une maison dans le centre de la cité pour y résider quelques mois avec ses amis : Cropityore, un incube de dix-huit mille ans et Katherine de Clair-Morange, humaine récemment transformée en vampire en raison d’une vieille malédiction. Tous trois désirent créer un album gothique pour le compte d’une prestigieuse maison d’édition. Bien qu’il soit à la recherche de sa jumelle disparue dans d’étranges circonstances, Aldebrand va devoir aider Katherine à assumer les pénibles répercussions de sa métamorphose. Tout au moins, croit-il que ce sont là des problèmes bien suffisants à assumer. Il est loin d’imaginer que la demeure louée va bientôt concrétiser des cauchemars plus terribles encore.

Esther Brassac développe un univers assez particulier auquel j’avais déjà goûté dans La nuit des cœurs froids. Son écriture est dense et elle possède un goût pour le détail. Point d’esprit synthétique ici donc mais une envie de prolonger la vie des personnages et d’apporter un souffle héroïque à son intrigue.

La quatrième de couverture la résume d’ailleurs très bien cette intrigue. Je ne vais donc pas revenir dessus. Les chapitres alternent entre l’enquête d’Oksibure et la tâche artistique d’Aldebrand, Katherine et Cropityore. Vous aurez aussi remarqué le don de trouver des noms compliqués et pas toujours facile à prononcer! Bref, chaque intrigue se noue dans son coin jusqu’au moment où bien sûr elles se rejoignent. C’est peut-être le seul bémol que j’apporterai au roman. Pour faire coïncider ces deux intrigues, le point de jonction m’a paru un peu tiré par les cheveux. L’intrigue s’étale trop à mon goût et les rebondissements s’enchaînent pour ne (presque) jamais finir. A part cela, j’ai véritablement apprécié l’atmosphère du livre.

Les personnages sont coupés du monde à la suite d’une catastrophe causée par un gigantesque canon. Ils vivent sous une bulle. Vampires et loups-garous sont tolérés. Esther Brassac a véritablement le don de développer un univers dans le moindre détail. Ici, la science est devenue la nouvelle religion et le préfet de la ville sait qu’il en va de la survie de la population. Le roman est clairement étiqueté steampunk et c’est assez bien fichu, juste la bonne dose pour faire voyager le lecteur dans un autre monde.

Les personnages sont également bien développés. J’ai particulièrement apprécié Cropityore, qui malgré son nom à coucher dehors, est un personnage truculent. Démon succube, il possède un ego surdimensionné. Il est fan de Baudelaire et joue les poètes incompris. J’ai vraiment adoré ce personnage haut en couleur et finalement très drôle. Oksibure, le spectre-détective m’a aussi beaucoup plu. Il fait équipe avec une petite flamme nommée Piouf-Lune tellement adorable! Et que dire du loup-garou, bouquiniste, qui a peur de tout même de son ombre! C’est vraiment le point fort du roman: les personnages ont tous de l’épaisseur et une personnalité propre.

Il faut du temps devant soi pour se plonger dans ce beau pavé de 476 pages où chaque détail compte. La lecture est dense mais l’intrigue et les personnages très intéressants. Esther Brassac prouve une fois de plus qu’elle possède un réel talent pour entraîner son lecteur dans son univers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s