L’homme qui s’envola d’Antoine Bello

 

L’Homme qui s’envola d’Antoine Bello,

Publié aux éditions Gallimard,

2017, 320 pages.

 

 

 

Walker a tout pour être heureux. Il dirige une florissante entreprise au Nouveau-Mexique et sa femme, la riche et belle Sarah, lui a donné trois magnifiques enfants. Et pourtant, il ne supporte plus sa vie. Entre sa famille, son entreprise et les contraintes de toutes sortes, son temps lui échappe. Une seule solution : la fuite. Walker va mettre en scène sa mort de façon à ne pas peiner inutilement les siens.
Malheureusement pour lui, Nick Shepherd, redoutable détective spécialisé dans les disparitions, s’empare de son affaire et se forge la conviction que Walker est encore vivant. S’engage entre les deux hommes une fascinante course-poursuite sur le territoire des États-Unis. En jeu : la liberté, une certaine conception de l’honneur et l’amour de Sarah.

Grâce à la dernière opération Masse critique de Babelio, j’ai pu découvrir la plume d’Antoine Bello à travers son dernier ouvrage L’homme qui s’envola. Antoine Bello cultive une certaine façon de faire à l’américaine qui n’est pas pour me déplaire. Son roman se lit extrêmement rapidement tant il est bien construit et bien ficelé et je le verrai tout à fait bien adapté au cinéma.

Cet aspect des choses directes, sans tergiversation, Antoine Bello nous le donne à lire dès le début de son roman. Walker s’ennuie dans sa vie. A la tête d’une gigantesque entreprise de distribution de courrier, il ploie sous le poids des responsabilités. Sa vie paraît idéale de l’extérieur: déplacement en avion privé, grande maison, jolie femme et beaux enfants, galas de charité…. Walker semble s’être bâti une vie de rêve où tout lui réussit mais il étouffe. Alors il pense à disparaître, à se faire passer pour mort afin de refaire sa vie ailleurs pour enfin vivre pour lui-même.

Il organise le crash de son avion et est déclaré mort. Oui mais voilà, on a beau tout prévoir, il y a toujours un grain de sable pour abîmer le beau rouage que l’on s’était forgé. Et ce grain de sable s’appelle Shepherd, un skip tracer ou chasseur de primes. Il n’est pas convaincu de la mort de Walker et va tout faire pour le retrouver.

Si le début du roman m’a paru un peu plan-plan – Antoine Bello dresse le panorama de la vie du personnage – la suite s’avère terriblement addictive et passionnante. En effet, un jeu du chat et de la souris va s’engager entre Shepherd et Walker. Shepherd sait que Walker est vivant et va déployer toute son expérience de skip tracer pour le retrouver. Walker n’est pas naïf et se doute bientôt de la chose. Il va prendre Shepherd à son propre jeu. En voulant devenir libre, Walker s’enferme dans une sorte de prison où, dans la peau d’un fugitif, il devient une proie et doit sans cesse brouiller les pistes, changer d’apparence et d’habitudes.

Le rythme est soutenu et les chapitres alternent entre le point de vue de Walker, celui de Shepherd et celui de Sarah, veuve de Walker, bien décidée à lui faire payer cet acte de lâcheté. Le suspens croît au fil des pages jusqu’à ce que les choses s’inversent!

La seule chose qui m’a déplu dans ce roman est finalement les raisons sur lesquelles reposent l’intrigue. Je n’arrive pas vraiment à imaginer que Walker plaque tout et laisse femme et enfants derrière lui « juste » pour reprendre sa liberté. Il aime sa femme et ses enfants, on le voit, on le ressent. J’ai trouvé que la raison invoquée était trop légère. Le personnage n’est pas assez torturé pour commettre cet acte. C’est le seul bémol que j’apporterai à ma critique.

L’homme qui s’envola réussit le pari de propulser le lecteur au cœur d’une course-poursuite haletante. Merci pour cette belle découverte!

Publicités

2 réflexions sur “L’homme qui s’envola d’Antoine Bello

  1. Pingback: Mes partenariats | Carolivre

  2. Pingback: Bilan Lectures Mai 2017 | Carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s