Néachronical, Tome 2: Post mortem de Jean Vigne

 

Néachronical, Tome 2: Post mortem de Jean Vigne,

Publié aux éditions du Chat noir,

2014, 371 pages.

 

Avoir découvert ce qu’il s’était passé pendant ces cinq années effacées de sa mémoire n’a pas aidé Néa à comprendre ce qu’elle était devenue. Après une vengeance et une trahison, voilà qu’elle se retrouve abandonnée dans un cimetière, entourée de cadavres et de forces de l’ordre un rien agressives. Beaucoup trop d’obstacles sur la route de cette jeune fille qui la ralentissent dans sa quête de vérité : découvrir enfin sa nature et pourquoi la Mort rôde ainsi autour d’elle.

J’ai découvert la saga de Jean Vigne grâce à Bazar de la littérature. J’avais dévoré et adoré le premier tome qui m’avait littéralement surprise, moi qui d’habitude ne goûte pas vraiment à ce genre de littérature. J’avais hâte de me plonger dans ce deuxième tome pour confirmer mon avis. Et je dois dire qu’une fois de plus, je suis conquise. Pour preuve, j’ai lu ce roman en un petit week-end: impossible de lâcher Néa et ses aventures! Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome, je risque de spoiler un max!

Dans ce deuxième tome, on retrouve donc Néa en bien mauvaise posture puisqu’elle a déchaîné une armée de morts-vivants dans un cimetière et qu’elle a la police aux trousses. Pour se sortir de tout ce bazar, elle va devoir faire marcher ses méninges. Elle est bientôt rattraper par Tod, le gros barbu à la tête de métalleux. Loin de l’aider, il la jette aux flics. Enfermée dans une prison haute-sécurité, Néa ne doit son salut qu’à la chance et à son ingéniosité. Bientôt elle veut savoir pourquoi Tod l’a trahie. C’est alors qu’elle croise la route de l’inspectrice Sylva et que sa vie prend une toute autre tournure.

Avec ce tome, Jean Vigne frappe fort. Si dans le roman précédent, l’ambiance était aux découvertes et que l’auteur exploitait le côté thriller, ici il prend un virage à 180°. Je ne m’attendais pas du tout à ça. En effet, Néa en sait plus sur sa nature et elle n’est pas au bout de ses découvertes. Jean Vigne fait appel ici au folklore celte (je n’en dirai pas plus, non, non!!). Néa est toujours aussi badass pour le plus grand plaisir du lecteur et ses répliques sont jouissives!

Aux chapitres mettant en scène Néa, s’alternent des chapitres se déroulant au moyen-âge. Le chevalier Guinard a tout perdu alors qu’il revient d’années passées à Jérusalem en croisade. Son château a brûlé, son fils et sa femme sont morts. C’est alors qu’il croise la route de Marie-Madeleine, une vieille femme très étrange aux allures de sorcière. Elle va lui proposer un pacte auquel Guinard ne pourra résister.

L’incursion de ces chapitres médiévaux paraît peut-être étrange mais plus l’intrigue avance plus le lecteur est apte à comprendre le cheminement de l’auteur. C’est cohérent, brillant et ces chapitres permettent d’éclairer le parcours de Néa. Je dois dire que je n’y avais pas pensé. Encore une fois, j’ai aimé me laisser surprendre par le chemin emprunté par l’auteur.

Avec ce deuxième tome, Jean Vigne nous offre une histoire captivante et riche. Il surprend son lecteur à chaque page et mène son intrigue avec brio. J’attends maintenant de me procurer le dernier tome de cette excellente saga.

 

Publicités

2 réflexions sur “Néachronical, Tome 2: Post mortem de Jean Vigne

  1. Pingback: Bilan Lectures Juin | Carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s