Block 46 de Johana Gustawsson

 

 

 

Block 46 de Johana Gustawsson,

Publié aux éditions Milady,

2016, 442 pages.

 

 

 

Falkenberg. Suède. Le commissaire Bergström retrouve le cadavre nu et gelé d’une femme aux abords de la plage d’Olofsbo. Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps sauvagement mutilés ont été abandonnés dans les bois d’Hampstead, au nord de la ville. Ils présentent les mêmes mutilations que la victime suédoise : trachée arrachée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras. Etrange serial killer, qui change de type de proie et de lieu de chasse… Pourrait-il s’agir d’un tandem de sociopathes ?

Block 46 est la première enquête d’un duo assez spécial puisqu’il s’agit d’abord d’un duo féminin et que les deux enquêtrices ont des métiers bien particuliers. Emily est profileuse tandis qu’Alexis est écrivain.

Block 46 entraîne le lecteur sur les traces d’un tueur à la sauvagerie sans borne. De la Suède à l’Angleterre, des cadavres de jeunes garçons sont retrouvés, à moitié enterrés mais surtout affreusement mutilés. Quand l’amie d’Alexis est retrouvée morte à son tour, l’enquête prend une autre tournure. Emily, la profileuse, établit un portrait robot assez troublant du tueur. Aux côtés d’Alexis, elle va tenter de faire la lumière sur ces crimes odieux.

Cette lecture de Block 46 m’a laissé quelque peu sur ma faim. J’ai adoré certains passages tandis que d’autres m’ont rendu perplexe. Block 46 est un thriller à deux vitesses: de nos jours, des meurtres terribles sont commis. Alexis et Emily vont enquêter. Les chapitres du « présent » alternent avec des chapitres du passé. En effet, l’auteur nous plonge au cœur du camp d’extermination de Birkenau, sur les traces d’un Allemand emprisonné: un certain Erich qui finira par travailler au mystérieux block 46 dans lequel des expériences sont menées. Ces chapitres qui plongent le lecteur au cœur de l’horreur sont bien menés. Ce sont les passages que j’ai préférés dans le roman.

En revanche, j’ai trouvé que l’enquête qui se déroule dans le « présent » manquait de rythme. D’abord, je n’ai pas bien compris quelle était la légitimité d’Alexis. Ok, c’est l’amie d’une des victimes mais pourquoi s’incruste-t-elle dans l’enquête? Je n’ai pas bien saisi sa légitimité mise en avant par son métier d’écrivain. Les chapitres sont aussi extrêmement courts. J’ai eu l’impression que l’auteur ne creusait pas assez les choses et que l’enquête faisait du sur-place. Les chapitres ont manqué d’approfondissement pour moi.

Je reconnais cependant que la fin est bluffante et que je n’avais pas vu venir la réelle identité du tueur. L’ambiance créée par l’auteur est aussi intéressante. On navigue entre la neige suédoise et la pluie londonienne dans une atmosphère lugubre à souhait. C’était bien chouette de se retrouver dans la neige et le brouillard pour élucider cette affaire bien tordue.

Au final Block 46 est un polar dont les défauts ne m’auront pas enlevé l’envie de découvrir la fin d’une intrigue rondement menée et à la révélation finale surprenante.

2 réflexions sur “Block 46 de Johana Gustawsson

  1. Pingback: Block 46 par Johana Gustawsson – Le monde d'Elhyandra

  2. Pingback: Bilan Lecture de septembre 2019 | Carolivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s