Déracinée de Naomi Novik

 

 

 

Déracinée de Naomi Novik,

Publié aux éditions Pygmalion,

2017, 504 pages.

Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

Je n’avais entendu que du bien de ce roman. Je m’y suis lancée avec beaucoup d’enthousiasme et force est de constater que j’en ressors mitigée.

Déracinée s’ancre dans une littérature Young adult et ça (bête que je suis!), je ne l’avais pas vu! Le young adult n’est définitivement plus ma tasse de thé car ce sont toujours les mêmes défauts qui m’irritent. Une narration à la première personne pour un personnage adolescent (ce qui donne forcément des réflexions d’ado); la découverte de l’amour souvent contrarié (c’est le cas ici); des tournures parfois maladroites (Naomi Novik multiplie les comparaisons de manière inquiétante). Tout ça fait que je n’ai pu m’empêcher de lever les yeux au ciel de nombreuses fois à la lecture du roman.

Cependant, si je suis allée au bout dudit bouquin, c’est qu’il y avait quand même matière intéressante. Si je passe outre le schéma mille fois vu et revu de la fille qui ne voulait pas être choisie, qui n’a pas de capacités exceptionnelles et qui en fait est choisie pour ses capacités exceptionnelles, le fond du bouquin fait mouche. Naomi Novik place sa magicienne/sorcière dans la tradition de la wicca et ça change un peu des habituels romans de magie. Elle donne du souffle à ses tours et potions.

Elle construit aussi un univers intéressant basé sur le merveilleux du conte de fée. La tour-bibliothèque du Dragon m’a conquise; le bois super flippant est bien amené. Il y a des scènes assez violentes qui reflètent bien la cruauté du monde dans lequel évolue l’héroïne. Tout n’est donc pas à jeter dans ce roman puisque j’y ai trouvé mon compte au final. Bon il y a bien quelques longueurs! L’auteur aurait pu abréger les tourments de l’héroïne qui se demande sans cesse pourquoi elle a été choisie mais ça fait partie du jeu!

« Déracinée » est un roman parfois maladroit dans son intrigue qui n’évite pas les écueils du young adult. J’y ai apprécié cependant le traitement de la magie et cette ambiance de conte de fée assez sombre.

5 réflexions sur “Déracinée de Naomi Novik

  1. Ça m’arrive aussi de tomber sur un livre en me disant : « Si je l’avais découvert plus tôt, je l’aurais aimé… Mais là, ça coince ». A force de lire un genre en particulier (et de lire tout court aussi, d’ailleurs), on développe un regard critique plus fort, se lassant de certains poncifs. Et l’âge fait aussi que, parfois, on sent bien qu’on se lasse de certaines thématiques si elles n’apportent pas d’originalité. C’est frustrant, car on passe à côté de bonnes histoires comme celle-là semble l’être, mais rassurant aussi, de voir qu’on évolue au fil de nos lectures ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s