Fils-des-brumes, Tome 1: L’Empire ultime de Brandon Sanderson

 

 

Fils-des-brumes, Tome 1: L’Empire ultime de Brandon Sanderson,

Publié aux éditions Le Livre de Poche,

2013, 906 pages.

La jeune Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

Ce premier tome de la saga des Fils-des-brumes traînait dans ma bibliothèque et j’avais peur de le sortir, vu la taille du pavé qui compte à peine plus de 900 pages. Je l’ai littéralement dévoré et j’avoue ne pas avoir vu les pages défiler!

Dès le début du roman, Brandon Sanderson plonge son lecteur dans un univers de fantasy complexe et riche. A Luthadel, les Skaa sont des esclaves complètement soumis aux nobles et au Seigneur Maître qui règne sur tout le royaume. Alors que la cendre tombe sans discontinuer sur la Cité et que les brumes l’envahissent le soir venu, seule une poignée d’hommes ose s’opposer au Seigneur Maître. Kelsier fait partie de ceux-là. Il est Fils-des-brumes et seul survivant des forges du Seigneur. Pratiquant l’allomancie, le pouvoir des métaux, il va tenter de renverser le gouvernement…

Dès le départ, l’auteur déploie donc un univers bien particulier centré sur l’opposition Skaa/nobles. Si la situation des premiers est terrible, les seconds, organisés en grandes maisons, se livrent à des intrigues de cours. Les Fils-des-brumes sont eux, des hommes capables de synthétiser les métaux et de s’en servir pour grimper, pousser, voler, sentir et ils osent dénoncer l’injustice que vivent les Skaa.

Ce qui est intéressant ici, c’est que l’auteur propose d’abord une intrigue politique. Il s’agit pour Kelsier et son équipe de renverser le gouvernement du Seigneur Maître. C’est ensuite l’univers de fantasy qui prend le pas. Brandon Sanderson base le pouvoir de ses personnages sur l’allomancie et c’est vraiment intrigant de suivre le déploiement de son imagination sans borne. On en apprend au fil des pages sur le pouvoir de chaque métal, réparti en huit familles. Enfin, le personnage féminin de Vin, qui paraît d’abord comme un personnage secondaire, devient l’un des membres les plus importants du roman donnant des accents résolument féministes à l’intrigue.

Il y a des scènes d’actions, de stratégies, des dialogues construits et bien amenés. Il y aussi des scènes violentes tout à fait justifiées qui laissent à penser qu’il s’agit bien de fantasy pour adulte. J’ai dû cependant passer les deux cents premières pages pour me sentir embarquer dans ces mystérieuses brumes et ne plus pouvoir lâcher mon pavé. Mes scènes préférées restent celles des bals dans lesquels évolue Vin. Il y a une telle intensité dans ces passages que j’avais bien du mal à lâcher mon bouquin.

« L’Empire ultime » est le premier tome d’une saga riche et complexe qui saura vous emporter dans son univers fantasy passionnant.

4 réflexions sur “Fils-des-brumes, Tome 1: L’Empire ultime de Brandon Sanderson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s