Personne ne sort d’ici vivant de Adam Nevill

 

 

Personne ne sort d’ici vivant de Adam Nevill,

Publié aux éditions Bragelonne,

2021, 620 pages.

Stéphanie est seule, sans argent, et elle peine à trouver un logement. Aussi croit-elle que la chance lui sourit quand elle finit par dénicher une chambre au loyer abordable dans une vaste demeure de Birmingham. Mais au 82, Edgehill Road, on aurait tort de se fier aux apparences. L’atmosphère inquiétante qui règne dans cette maison délabrée inspire à Stéphanie un profond malaise. Mais c’est sans compter les murmures dans la cheminée, les bruits de pas dans le couloir, les pleurs de femmes qui s’élèvent derrière les murs et les accès de violence du propriétaire des lieux. Pourtant, le cauchemar ne fait que commencer. Stéphanie parviendra-t-elle à s’enfuir de ce lieu maudit d’où personne ne peut l’entendre crier ?

Personne ne sort d’ici vivant, un bon slogan pour cette maison hantée dans laquelle Stéphanie, jeune femme sans le sou, va se retrouver piégée. Elle pense n’y rester qu’un moment, les chambres étant peu chères mais très vite elle assiste à un drôle de va-et-vient des occupants. La nuit est propice aux cauchemars: des bruits sous le lit, des murmures, le froid glacial envahissent les murs de sa chambre. Mais le pire est le duo de propriétaires, deux cousins sans aucun scrupules, sans aucune morale. Stéphanie a débarqué dans l’antichambre de l’Enfer.

Ce roman est estampillé « horreur » pourtant je n’ai pas forcément eu très peur à la lecture. Une scène m’a marquée particulièrement. Les adeptes des frissons horrifiques seront déçus. En revanche, c’est un roman sur la violence morale et physique faite aux femmes en particulier. Stéphanie va connaître une vraie descente aux enfers et l’auteur nous donne toute la mesure de la détresse de Stéphanie.

Si j’ai peiné sur les deux-cents premières pages, j’ai dévoré la suite du roman. C’est peut-être le bémol du livre. Attendez-vous à une grosse mise en place de l’intrigue avec une première partie plutôt longue, assez répétitive et une Stéphanie qu’on a surtout envie de secouer pour qu’elle se bouge et se sorte de sa naïveté terrible. Je n’ai cependant pas vu défiler les pages restantes et j’ai été prise par l’intrigue, voulait savoir à tout prix comment l’héroïne allait s’en sortir. La seconde partie offre une intrigue toute aussi intéressante même si là aussi, l’auteur aurait pu faire plus court.

« Personne ne sort d’ici vivant » est un thriller qui prend son temps pour instaurer une atmosphère inquiétante. Le ton se durcit au fil des pages et laisse au lecteur un petit goût d’enfer.

3 réflexions sur “Personne ne sort d’ici vivant de Adam Nevill

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s