Personne inconnue de Susie Steiner

Personne inconnue de Susie Steiner,

Publié aux éditions du Livre de Poche,

2021, 480 pages.

À quelques centaines de mètres de l’antenne de police du Cambridgeshire, un riche banquier de la City se vide de son sang. Poignardé alors qu’il se promenait dans un parc, il prononce, dans un dernier soupir, un mot qu’il répète plusieurs fois.
Pour son retour sur le devant de la scène, l’enquêtrice Manon Bradshaw, enceinte de cinq mois, est confrontée au pire : un meurtre ultramédiatisé pour lequel sa famille est au premier rang des suspects. La victime est en réalité plus proche d’elle qu’elle ne l’aurait jamais imaginé. Même ses collègues se méfient d’elle. Manon, dont l’ironie est aussi mordante que sa vie privée est compliquée, pourra-t-elle mener cette enquête avec l’impartialité requise ?

Manon Bradshaw est enquêtrice à la police du Cambridgeshire. Elle a un fils adoptif, Fly, et elle vit avec sa sœur Ellie et son neveu. Manon est aussi très enceinte quand on l’appelle sur le lieu d’un homicide. Un riche banquier de la City a été poignardé et il semblerait qu’elle le connaisse très bien…

Il s’agit ici du deuxième tome des enquêtes de Manon Bradshaw. Si l’intrigue est très classique et n’a rien de bien surprenant, j’ai pourtant énormément apprécié ce roman. Tout repose en effet sur le personnage de Manon. C’est une policière qui a volontairement souhaité se mettre sur la touche. Au début de l’enquête, Manon est enceinte de cinq mois. La suivre pendant tout le roman dans cet état est à la fois drôle et mordant.

Manon est un personnage atypique dont la vie est complètement désordonnée. Ses répliques, ses réflexions sont souvent mordantes, ironiques voire cyniques et juste pour ça, ça vaut le coup de lire le roman. Manon, c’est une sorte de Bridget Jones de la police, les gaffes en moins. La bonne copine, un peu bordélique, qui a du mal à gérer sa propre vie mais qui se révèle être une excellente enquêtrice.

Au-delà de l’enquête classique, l’auteur dresse un portrait social de cette Angleterre de banlieue: racisme, familles recomposées, mères débordées, problèmes d’argent, prostitution. On est loin d’une image glamour. On reste dans le réalisme avec ces problèmes du quotidien qui font froid dans le dos.

« Personne inconnue » est un roman policier dont la structure est classique mais qui tranche grâce au personnage de Manon Bradshaw.

Sous Protection de Viveca Sten

Sous Protection de Viveca Sten,

Publié aux éditions Albin Michel,

2021, 528 pages.

Andreis Kovac est un homme puissant. Enfant réfugié de la guerre de Bosnie, il est devenu baron de la drogue à Stockholm. À défaut de pouvoir le faire tomber pour trafics de stupéfiants, la justice tente de le coincer pour fraude fiscale. Mais Kovac peut s’offrir les meilleurs avocats : il sait qu’il s’en sortira, une fois de plus. Une femme fait pourtant le pari contraire : la procureure Nora Linde. Pour l’atteindre, elle compte sur la jeune épouse du trafiquant, Mina, en fuite après avoir été battue par son mari. C’est un témoin clé qui pourrait faire basculer le procès. Placée sous protection avec son bébé dans une villa de l’archipel, Mina devient l’enjeu d’une guerre sans merci. Andreis Kovac ne reculera devant rien pour les récupérer, elle et son fils. L’inspecteur Thomas Andreasson saura-t-il protéger Nora Linde de sa brutalité sans bornes ?

Immigré bosniaque, Andreis a fondé un empire basé sur la drogue. Il s’est marié avec Mina avec laquelle il vient d’avoir un bébé. Mais Andreis est un homme violent qui bat Mina régulièrement. Lorsqu’elle est conduite à l’hôpital après une énième raclée, la procureure Nora Linde veut que Mina témoigne contre son mari. Elle veut le coincer pour fraudes fiscales et pour violences conjugales. En attendant, Mina est placée dans un centre spécial, sous protection…

Il s’agit pour moi de mon premier roman de Viveca Sten et je crois que je m’attendais à une intrigue plus traditionnelle avec meurtre et enquête. Ce roman tranche avec les autres tomes de la saga. Il s’agit ici d’un polar judiciaire dans lequel on suit essentiellement Nora Linde qui cherche à faire tomber Andreis. Il y a beaucoup de scènes de « bureau »: avocats, juges, recherches de documents compromettants.

Dans le même temps, on suit Mina et sa lente prise de conscience. Viveca Sten retrace parfaitement bien le parcours de cette jeune femme sous l’emprise d’un mari violent: culpabilité, honte. Mina doit comprendre qu’Andreis ne changera jamais. Certains chapitres ramènent le lecteur dans le passé, sur les traces d’Andreis et de son enfance en Bosnie alors que la guerre est à sa porte. J’ai trouvé ces chapitres intéressants mais aussi maladroits. Ils sont vraiment passionnants car on touche du doigt ce qu’aurait pu être Andreis sans la guerre. Mais d’un autre côté j’ai été gênée car ils montrent qu’Andreis a vu des choses terribles lors de son enfance et que ces choses sont une sorte d’explication (sinon d’excuses) à sa violence…

Je suis un peu déçue de ne pas avoir pu suivre de plus près les personnages principaux, notamment Thomas Andreasson. Il est très peu présent et son rôle ne devient important qu’à la fin du roman.

« Sous Protection » est une petite déception pour moi dans le sens où je m’attendais à un polar plus traditionnel. En revanche, les fans de polar judiciaire seront ravis!

La Chaîne de Adrian McKinty

La Chaîne de Adrian McKinty,

Publié aux éditions Le Livre de Poche,

2021, 474 pages.

VICTIMES. SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.
VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS. Le téléphone sonne. Un inconnu a kidnappé votre enfant.
Pour qu’il soit libéré, vous devez enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.
Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant.
Si un chaînon manque : votre enfant sera tué. VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE. VOUS N’ÊTES PAS LES PREMIERS. VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS.

La Chaîne est le genre de bouquin que je ne lirai pas en temps normal. Une intrigue abracadabrante, pas vraiment réaliste et je passe mon chemin. Et pourtant, à mon grand étonnement, ça l’a fait!

Il faut juste accepter le principe de base de cette fameuse chaîne: Kylie, 13 ans, est kidnappée. Si Rachel veut revoir sa fille, elle doit à son tour kidnapper un enfant pour ne pas briser la chaîne. Les parents de l’enfant que Rachel aura kidnappé devront faire de même et ainsi de suite…

Si le pitch de départ paraît surréaliste, l’auteur parvient tout de même à insuffler un suspens haletant tout au long du roman. Jusqu’où êtes-vous prêt à aller pour sauver votre enfant? La chaîne transforme de simples parents en bourreaux. Culpabilité, impatience, défiance, Rachel va passer par de nombreuses étapes avant de se plier à la chaîne. J’avoue avoir été happée par cette drôle d’intrigue qui m’a tenu en haleine sans grand difficulté. Je verrai d’ailleurs bien ce roman adapté au cinéma.

Le roman se scinde en deux parties et la seconde m’a beaucoup plu aussi car elle parle de vengeance, de reconstruction et de dépassement de soi. Même si la fin m’a paru bien trop hollywoodienne, j’ai passé un excellent moment de lecture avec un thriller qui fait le job jusqu’au bout.

« La Chaîne » est un roman addictif et anxiogène, parfait pour cet été!

Le Clan MacLeod, Tome 1: L’insoumise des Highlands de Ava Krol

Le Clan MacLeod, Tome 1: L’insoumise des Highlands de Ava Krol,

Publié aux éditions Cherry Publishing,

2021, 200 pages.

Écosse, XVème siècle.
Orpheline depuis son plus jeune âge, Élisabeth MacDonald est élevée par son oncle, Georg MacDonald, laird d’un des plus puissants clans des Highlands. Quand il décide de la marier contre sa volonté, Lizzie n’a pas d’autre choix que de s’enfuir, emmenant avec elle un jeune voleur que son oncle vient de faire emprisonner et qu’elle sauve d’une mort certaine. Elle accepte son hospitalité et le suit sur ses terres. Or, le frère aîné du jeune homme, Alexander MacLeod, voit en elle la solution à tous leurs problèmes et l’occasion de se venger de l’homme qui a tué son père et voulu exterminer son clan. Quand il décide de la prendre en otage, Lizzie se rebelle contre cet homme farouche d’une beauté à couper le souffle. La haine qu’ils se vouent laisse place à une attirance réciproque et irrépressible à tel point que Lizzie n’a plus du tout envie de s’enfuir et qu’Alexander voit son plan initial perturbé par ses propres sentiments. Mais bientôt, Dougal Campbell, l’homme à qui l’oncle de Lizzie l’a promise, est aux portes du territoire MacLeod, bien décidé à récupérer ce qui lui est dû et à écraser quiconque se mettra en travers de son chemin.

En Écosse, au XVème siècle, Elizabeth MacDonald, est orpheline. Recueillie par son oncle, elle est promise à un homme répugnant. Lizzie décide de s’enfuir et en chemin, elle libère un jeune homme des geôles de son oncle. Elle accepte son hospitalité sans se douter qu’il appartient au clan MacLeod, clan rival et craint. Lizzie devient l’otage d’Alexander MacLeod…

Une fois n’est pas coutume, j’ai lu une romance, qui plus est historique. J’en lis très peu (si ce n’est pas du tout) et j’avais envie de quelque chose de léger en cette saison estivale. Ce premier tome est très court et c’est peut-être là, à la fois sa force et sa faiblesse.

C’est un premier tome idéal si comme moi vous avez envie de découvrir le genre de la romance historique. On ne s’y ennuie pas du tout et les pages défilent à toute vitesse. On s’attache assez rapidement à Lizzie et à Alexander, deux personnages qui s’attirent comme des aimants. La romance est bien présente et pas niaise. J’ai passé un bon moment avec ces deux personnages, les observant se tourner autour avec une Lizzie assez rebelle et pas franchement coopérative.

Le défaut du roman est également cette même brièveté! En 200 pages, difficile de brosser un portait complexe des personnages, de développer suffisamment l’intrigue amoureuse et historique. J’en voulais plus en fait: plus de développement autour du passé d’Alexander ou de Lizzie, plus d’approfondissement dans le côté historique et stratégique. Tout va bien trop vite du coup et on reste finalement sur notre faim.

Pour une première incursion dans la romance, ce premier tome est parfait car vous y trouverez tous les ingrédients réunis. Cependant, si vous avez l’habitude des romances, vous serez déçus à cause de la rapidité de l’intrigue!