Le Moineau de Dieu de Mary Doria Russell

 

Le Moineau de Dieu de Mary Doria Russell,

Publié aux éditions ActuSF,

2017, 450 pages.

 

Terre, début du XXIe siècle. Un signal musical d’origine inconnue a été capté par une station de scientifiques. Commanditée par les Jésuites, une mission dirigée par le jeune Emilio Sandoz, tout à la fois prêtre et linguiste de haut niveau, part dans l’espace à la recherche des extraterrestres.
Tous se préparent à affronter la mort et la solitude, mais la catastrophe qui les attend va bien au-delà de ce qu’ils redoutaient. Rome, 2059. Enfin de retour sur Terre, Emilio Sandoz — unique survivant de l’expédition — est traduit devant un tribunal chargé de sonder son âme et de le punir pour les horribles crimes dont on l’accuse. Cet homme, transformé par son expérience, aurait-il été abandonné par Dieu?

Le Moineau de Dieu est un de ces romans que vous porterez longtemps en vous, une fois lu. Captivée, attirée d’abord par la sublime couverture des éditions Actu SF puis intriguée par ce résumé, j’ai acheté ce roman SF au hasard. Cette lecture a été une véritable découverte et autant le dire tout de suite, j’ai adoré!

L’histoire se situe d’abord en 2019. Jimmy Quinn, chercheur dans un centre d’astronomie, capte un son qui pourrait bien venir d’une exoplanète. Une fois que le son a bien été identifié comme extraterrestre (il s’agirait d’une sorte de chant), une équipe de volontaires est chargée d’aller explorer cette planète et d’entrer en contact avec ses possibles habitants. A son bord, huit individus tous plus différents les uns que les autres. La mission, financée par les jésuites, embarque les pères Yarbrough, Alan Pace, Marc Robichaux et Emilio Sandoz, linguiste renommé et polyglotte. Elle compte aussi l’anthropologue Anne Edwards et son mari George; Sofia Mendes et Jimmy Quinn. A eux tous, tirant partie de leurs divers talents et compétences, ils se rendent sur la planète….

D’abord, je dois être claire avec le futur lecteur que vous serez peut-être. Le Moineau de Dieu n’est pas un roman où il se passe mille choses à chaque page. L’auteur prend son temps pour planter son décor mais surtout pour tisser les liens avec ses personnages. L’exploration de la planète arrive assez tard dans le roman mais la mise en place est très importante. En effet, Mary Doria Russell, va jouer constamment avec l’alternance des chapitres: il y a la préparation de la mission puis la mission en elle-même et il y a certains chapitres qui sont consacrés au retour de cette mission sur terre en 2059. Et là, il y a peu de surprises: dès le départ, on sait que seul le père Emilio Sandoz est revenu plutôt mort que vif de cette étrange planète. Qu’a-t-il vu? Est-il vrai qu’il se serait prostitué? Qu’il aurait tué un enfant? La narration va avancer progressivement, oscillant entre le récit de l’exploration de la planète et l’enquête menée par le Vatican auprès du Père Sandoz.

Comme je le disais en début d’article, les choses vont plutôt lentement. C’est avant tout une lecture dense et exigeante. Mary Doria Russell nous fait d’abord connaître ses personnages et surtout elle nous les fait aimer, ce qui est bien cruel quand on sait ce qu’il leur arrive!! Le personnage principal est bien sûr Emilio Sandoz, venu à la prêtrise un peu par hasard, lui le gamin de la Perla, une favela brésilienne. Polyglotte, linguiste émérite, il s’embarque pour la mission afin d’apprendre la langue des extraterrestres. C’est un personnage complexe qui oscille entre foi et mysticisme religieux et qui apporte une dimension intéressante au roman. Son récit sera éprouvant. Qu’est-il arrivé à la mission pour qu’Emilio soit aussi dévasté au point qu’il cauchemarde chaque nuit, qu’il pense au suicide et qu’il semble avoir perdu la foi? L’intrigue est vraiment bien construite alternant entre le témoignage d’Emilio et le récit de l’exploration « en temps réel ».

J’ai beaucoup aimé aussi la manière dont l’auteur s’approprie le genre de la SF. Elle ne surcharge pas son lecteur avec des innovations, des termes techniques improbables. Elle a écrit son roman en 1996 et a anticipé certaines avancées technologiques. Et puis, étant anthropologue de formation, Mary Doria Russell traite la découverte des extraterrestres avec beaucoup de justesse et d’intelligence. Pas de flamboiement, de révélations incroyables et c’est peut-être pour cela que ça semble possible, probable.

Si certaines critiques lui ont reproché une certaine lourdeur théologique, j’ai là aussi apprécié ce volet de l’intrigue. Le leitmotiv « Deus vult » revient tout au long du roman. Ce « Dieu le veut » mène la danse et invite les personnages mais aussi le lecteur à se questionner. Y-a-t-il un Dieu ou plus largement « sommes-nous maître de notre destin »? Mary Doria Russell pose les bonnes questions.

Le Moineau de Dieu est un véritable chef-d’œuvre. Mary Doria Russell nous entraîne loin, très loin avec ce récit dense dans lequel les personnages apparaissent presque comme des figures amies. Un coup de cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s