Trahison de Lilja Sigurdardottir

Trahison de Lilja Sigurdardottir,

Publié aux éditions Points,

2021, 408 pages.

Après plusieurs missions humanitaires éprouvantes, Úrsúla accepte de remplacer au pied levé le ministre de l’Intérieur en attendant les prochaines élections. Elle découvre très vite que son administration n’est là que pour bloquer toutes ses initiatives. Aussitôt après sa première intervention publique, elle devient la proie d’un cyber-harcèlement menaçant et doit engager un garde du corps. Elle est également poursuivie par un sdf agressif, qui sort d’un hôpital carcéral. Catapultée dans ce nouveau monde, cible systématique d’attaques sur les réseaux sociaux, elle découvre aussi l’attitude faussement compatissante mais réellement méprisante de ses confrères politiques. Elle tente cependant de faire son travail tout en affrontant le stress post-traumatique résultant de ses missions humanitaires ainsi que sa culpabilité vis-à-vis de son mari et de ses enfants.

Trahison fait partie de la sélection pour le prix du Polar Points. Nous y suivons Ursula propulsée ministre de l’intérieur islandais du jour au lendemain. Cette mère de famille, qui jusque là menait des campagnes humanitaires en Afrique ou en Orient, va être confrontée très rapidement au problème du pouvoir. C’est d’abord une femme dans un milieu d’hommes. C’est ensuite, d’un seul coup, un personnage public. Ursula va devoir faire face à de multiples trahisons…

Ce roman m’a laissé un sentiment ambivalent. Je l’ai lu d’une traite et l’ai trouvé très intéressant. L’Islande est un pays au système différent du nôtre et c’était vraiment passionnant de suivre Ursula dans les coulisses du pouvoir. Cette femme d’action doit faire face aux préjugés. Si les Islandais ont une longueur d’avance sur nous, les propos sexistes restent de mise dans ce doux monde qu’est la politique! L’autrice nous fait voir l’envers du décor: les réunions, les préparations d’interviews, la gestion des crises.

J’ai également aimé que le roman se déroule en Islande. J’ai tout de suite adhéré à l’ambiance si particulière de ce pays. Le climat plutôt rude dans ces pages, la proximité qui existe entre le peuple et les hommes politiques, les coutumes. C’était vraiment dépaysant pour le coup.

Cependant, une chose m’a gênée. On nous présente ce roman comme un polar. Je m’attendais à une certaine tension, à une enquête. Or l’intrigue principale tourne autour de mails insultants que reçoit Ursula et d’un SDF qui serait lié à son passé. Pas de quoi fouetter un chat pour moi. Trahison est davantage un roman noir qu’un polar ou thriller. Il porte d’ailleurs bien son nom car les trahisons personnelles comme professionnelles y seront multiples.

Trahison est un roman noir politique bien mené.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s