Contagion de Lawrence Wright

 

 

Contagion de Lawrence Wright,

Publié aux éditions du Cherche-midi,

2020, 469 pages.

En Asie, 47 personnes succombent à une mystérieuse fièvre hémorragique. Henry Parsons, épidémiologiste de renom, envoyé sur place par l’OMS, découvre à quel point le virus est contagieux. Lorsqu’il apprend qu’un homme contaminé est en route vers La Mecque où des millions de musulmans vont se retrouver pour le pèlerinage annuel, c’est le début d’une course contre la montre pour enrayer l’épidémie. Mais en quelques semaines seulement, le monde entier est touché et sombre dans une crise sans précédent. Aux Etats-Unis comme ailleurs, la maladie se propage, mettant à mal les institutions scientifiques, religieuses et politiques, et décimant une partie de la population. L’épouse d’Henry et ses enfants, restés sur le sol américain, sont confrontés à une situation potentiellement mortelle. Trouvera-t-on la solution à temps ?

Contagion. Un mot qui en ces temps troublés parle à tous. Dans ce thriller, Lawrence Wright a imaginé avant tout le monde les dégâts humains, sanitaires et sociaux d’un virus qui ressemble d’assez près à la Covid 19.

Henry Parsons est épidémiologiste. Il est appelé en urgence au Bangladesh, à Kongoli, dans un camp où la population est décimée par un virus. Henry prend toutes les précautions pour mener l’enquête sur place, accompagné de son chauffeur de taxi. Ce dernier n’écoute pas les recommandations de Henry et va effecteur le Hajj, à la Mecque, menaçant de transmettre le virus à des millions de personnes. C’est une course contre la montre qui s’organise pour empêcher la pandémie.

Dès les premières pages, Lawrence Wright donne le ton. Il plonge le lecteur dans une intrigue au suspens implacable. Il y a d’abord la découverte de ce virus qui fait des ravages puis cette conviction qu’il faut empêcher à tout prix qu’il se répande sur la planète. Le lecteur est plongé dans une tension extrême et j’avoue avoir accroché dès les premiers chapitres. L’auteur déroule une ambiance angoissante rappelant la période que l’on vit actuellement.

Et puis l’intrigue prend un tournant auquel je ne m’attendais pas. Le thriller médical se mue en thriller politico-économique. Le virus bouge toutes les lignes géo-politiques. Les USA entre en conflit avec la Russie, tandis qu’au Moyen-Orient l’Iran et l’Irak se déchirent. Le monde bascule dans le chaos le plus total. Alors qu’Henry tente de s’échapper du conflit iranien, on suit sa famille restée à Atlanta. Au détour d’un chapitre, l’auteure fait basculer ses personnages dans l’horreur la plus totale, laissant le lecteur hagard.

Même si je n’ai pas toujours adhéré aux tournures prises par l’intrigue (notamment dans le domaine politique et défensif), je dois reconnaître que Lawrence Wright a bien su mener sa barque pour entraîner le lecteur sur les traces de virus mortel. Il s’attaque davantage aux conséquences qu’une pandémie pourrait avoir dans le pire des scénarios possibles. C’est glaçant. Le meilleur reste pour la fin lorsqu’elle nous laisse entrevoir l’origine de ce virus.

« Contagion » est un thriller glaçant qui résonne fort en ces temps de pandémie.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s