A Présent, vous pouvez enterrer la mariée de Oren Miller

 

 

A Présent, vous pouvez enterrer la mariée d’Oren Miller,

Publié aux éditions de L’homme sans nom,

2017, 382 pages.

 

« Monsieur et Madame Bartoli sont heureux de vous inviter au mariage de leur fille Apolline et de son fiancé Adam à la Cathédrale de Monaco. La cérémonie religieuse sera suivie par un vin d’honneur à 17 h puis par la combustion spontanée de la mariée et son enterrement. » N’ayant aucune confiance dans le travail de la police, le père de la mariée, Hippolyte Bartoli, fait appel au service de deux enquêteurs connus pour résoudre discrètement les affaires les plus étranges.

J’avais adoré le premier tome des aventures d’Evariste Fauconnier et d’Isabeau Ledu dans J’agonise fort bien, Merci. J’étais donc ravie de me plonger dans ce nouveau roman qui les met une fois de plus en scène. Oren Miller a toujours le sens de la formule et des dialogues. Si l’intrigue m’a un poil moins plu que la précédente, j’ai quand même beaucoup apprécié ma lecture.

L’histoire débute par le mariage d’Apolline et d’Adam, héritiers richissimes, sur le rocher de Monaco. Peu après la cérémonie, Apolline est retrouvée morte, dans sa robe de mariée, atrocement brûlée. Que s’est-il passé? Et qui pouvait en vouloir à la jeune femme? Appelés sur les lieux du crime, Evariste et Isabeau reprennent du service pour mener l’enquête.

Cette enquête va d’ailleurs les mener dans les milieux louches de la prostitution parisienne. L’auteur recréé à merveille l’ambiance des cafés et des boîtes des années 50 où le plus chic côtoie le pire et le sordide. Elle amène une touche de féminité avec un nouveau personnage que j’ai beaucoup aimé: Siloé Levenneur. C’est une enquêtrice hors pair, le pendant d’Evariste au féminin. J’ai vraiment aimé ce personnage malin et à la répartie bien ancrée. Siloé mène elle aussi une enquête de son côté mais du côté des hautes sphères du pouvoir. Son chemin va bien sûr croiser celui d’Evariste!

Une fois de plus, Oren Miller nous offre un roman au style très littéraire et travaillé. Elle a vraiment ce petit truc en plus qui permet de dire qu’il s’agit bel et bien de bonne littérature. Elle manie le verbe avec grâce et garde un certain sens de la formule qui m’a fait sourire plus d’une fois. Les dialogues sont ciselés et jouissifs.

Alors si ce n’est pas un coup de cœur cette fois-ci, c’est parce qu’il a manqué pour moi un petit quelque chose de haletant que j’avais trouvé dans le premier tome. L’intrigue m’a parfois un peu emmêlé les pinceaux même si je reste admirative du travail de l’auteur et de son imagination sans bornes!

Avec cette plongée dans les années 50 et son duo de choc, Oren Miller nous offre encore une fois un roman épatant et brillant. A découvrir absolument ne serait-ce que pour la beauté de sa langue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s