Dust Bowl de Fabien Fernandez

 

 

Dust Bowl de Fabien Fernandez,

Publié aux éditions Lynks,

2018, 263 pages.

 

 

 

Oklahoma, avril 1935. Témoin impuissant du meurtre de son père, Kush fuit la demeure familiale en proie aux flammes. En quête de justice et de vérité, le jeune Forgeron découvre l’existence d’un complot qui pourrait bien changer l’histoire du pays. Déterminé à s’opposer aux plans des Alchimistes, l’ordre occulte responsable de sa mort et de celle de nombreux mages Forgerons à travers les siècles, L’adolescent traverse le pays ravagé par le Dust Bowl, tempêtes de poussières dévastatrices nées par la faute des hommes. Au cours de son périple, Kush croise Ruben, un étrange golem, un inquiétant groupe de forains et Alexandria, tireuse de cartes, dont il tombe éperdument amoureux…

Quand la maison d’éditions Lynks m’a proposé ce roman en échange d’une critique, j’ai sauté sur l’occasion. La couverture est d’abord à tomber et puis le résumé est plus qu’intriguant.

Kush est un adolescent pas comme les autres. Il vivait jusqu’alors avec son père, dans une ferme reculée d’Oklahoma. Son père lui a appris à écouter la nature et à en contrôler certains éléments comme le feu. Mais Kush est témoin de l’assassinat de son père. Il va alors enquêter pour faire éclater la justice.

Fabien Fernandez nous plonge dans un univers réaliste: celui de l’Amérique profonde des années 30. Il le parsème de quelques touches de fantasy avec les étranges pouvoirs de Kush qui parvient à maîtriser plus au moins l’élément du feu. L’assassinat du père de Kush (qui se déroule dès les premières pages) va permettre au jeune personnage de partir en quête de vérité. L’auteur entraîne alors Kush sur les traces des hobos, ces travailleurs pauvres qui parcourent les USA en vagabondant. Kush sera amené à faire des rencontres et va notamment croiser la route d’un cirque de freaks dans lequel il va se faire embaucher.

Kush est un personnage qui incarne une certaine soif de liberté. L’auteur n’est pas tendre avec son personnage et fait de son roman un récit d’apprentissage puisque Kush va être confronté à un monde violent et va devoir passer du statut d’enfant à celui d’adulte tout en devenant maître de ses pouvoirs naissants. J’ai beaucoup aimé le passage où Kush travaille dans le cirque de freaks. Le romancier peint avec justesse cet univers de paillettes qui reste glauque et très étrange. On ressent un certain malaise à la lecture de ces pages.

J’ai aussi beaucoup aimé toutes les références plus ou moins explicites à la littérature ou à la photographie. Frankenstein de Mary Shelley y joue un rôle important et Kush va même croiser la route de Dorothea Lange!

Le seul reproche que je ferai au roman concerne l’intrigue politique. Kush va en effet faire la découverte d’un scandale mettant en péril l’équilibre des USA. J’aurais aimé que cela soit peut-être plus détaillée, plus fouillé car je suis restée sur ma faim.

Dust Bowl est un roman intéressant qui permet au lecteur de voyager à travers les États-Unis. Kush est un personnage intéressant qui permet de revisiter le roman d’apprentissage avec une certaine modernité. Merci aux éditions Lynks pour la découverte de ce roman. Je vous invite vivement à découvrir cette toute nouvelle maison d’éditions très prometteuse!

Publicités

Une réflexion sur “Dust Bowl de Fabien Fernandez

  1. Pingback: Mes partenariats | Carolivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s