Apostasie de Vincent Tassy

 

Apostasie de Vincent Tassy,

Publié aux éditions Mnemos,

2018, 345 pages.

 

Anthelme croit en la magie des livres qu’il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s’offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d’arbres écarlates, qu’il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.
Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s’est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.

Apostasie est le genre de roman qui vous laisse une marque profonde et insistante, une fois achevé. Vincent Tassy offre à son lecteur une belle histoire d’amour et de mort qui résonnera longtemps chez son lecteur.

J’ai d’abord été déstabilisée par la prose de l’auteur. C’est déroutant, parfois mystérieux tous ces mots désuets, vieillis, rares, sortis d’un autre temps. Il y a aussi la poésie des phrases qui créent des image envoûtantes, auréolées d’une sorte de brouillard. Il faut s’y faire et puis se laisser envoûter par la langue, par les mots. On pénètre dans Apostasie comme Anthelme pénètre dans la sylve rouge: ce n’est pas facile, on se perd sur les chemins mais c’est toujours très beau.

Il y a ensuite cette histoire faite de tours et de détours, faites de nœuds qui se nouent puis se dénouent. Anthelme est un être solitaire qui trouve refuge dans les livres et dans la sylve rouge, une forêt épaisse aux mille facettes. Il croise dans ces bois des êtres féériques au détour d’un bosquet, d’une grotte puis un jour il rencontre Aphelion, étrange vampire, si beau et si cruel. Vincent Tassy se nourrit d’une littérature surannée et remonte aux origines du vampire lorsqu’il n’était pas encore romantique mais gothique. Le lecteur est plongé dans un univers digne du Dracula de Bram Stocker ou des romans de Nodier.

Aphelion va conter à Anthelme l’histoire de Lavinia, reine vengeresse du royaume d’Altrosa. Cette histoire vient s’imbriquer dans la première. Aphelion offre à Anthelme et donc au lecteur un conte macabre: une histoire de rois et de reines, d’amour trahi, de magie et de vengeance. Le récit prend ici une autre dimension car il se fait plus merveilleux, plus sombre, jouant avec l’horreur.

Avec ce texte qui oscille sans cesse entre le macabre et le splendide, Vincent Tassy signe ici un roman magnifique qui renoue avec la tradition du récit vampirique. Une véritable envoûtement si vous osez franchir la lisière de la sylve…

 

3 réflexions sur “Apostasie de Vincent Tassy

  1. Pingback: Bilan lectures du mois de juin | Carolivre

  2. Pingback: Diamants de Vincent Tassy | Carolivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s